Les Etats-Unis n'en ont peut-être pas fini avec la déprime

 |  | 456 mots
Lecture 2 min.
Alors que l'optimisme semblait se faire jour outre-Atlantique, le scénario d'une reprise progressive de la première économie mondiale vient d'être plombé par une statistique publiée en milieu d'après-midi. Et c'est l'université du Michigan qui cette fois était porteuse de la mauvaise nouvelle. Son indice mensuel reflétant la confiance des consommateurs a connu en janvier une rechute inattendue, tombant à 90,9 après 93 en décembre. Les économistes tablaient en moyenne sur une hausse, à 93,4. Cette statistique est très suivie par les marchés dans la mesure où elle fournit des indications quant aux comportements des consommateurs aux Etats-Unis. Quand il ont confiance, les Américains restent enclins à consommer, soutenant par là même une économie dont on s'accorde généralement à dire qu'elle est entrée en récession depuis le mois de mars dernier. Ces derniers jours, pourtant, de nombreux éléments avaient laissé croire que les Etats-Unis avaient pris le chemin de la reprise (ventes de détail meilleures qu'attendu, croissance de 0,2% du produit intérieur brut au 4ème trimestre après une contraction au troisième...). Le recul de l'indice du Michigan va à nouveau alimenter les spéculations sur le risque de voir l'économie des Etats-Unis entrer dans un schéma de reprise en W.Les marchés américains, qui avaient ouvert en ordre dispersé avant la publication de l'indice du Michigan, se sont ensuite nettement orientés à la baisse. Vers 16 heures, le Nasdaq perdait 1% et le Dow Jones cédait 0,27%, repassant sous les 10.000 points. Quelques minutes avant la publication de ce chiffre, les économistes avaient reçu une autre information peu enthousiasmante même si elle ne constituait pas une surprise : à savoir le fléchissement de la production industrielle, qui s'est poursuivi en janvier aux Etats-Unis, à -0,1% après -0,3% en décembre. Si la statistique de janvier est conforme aux attentes, le chiffre de décembre a en revanche été révisé en baisse (-0,1% en première estimation). Le taux d'utilisation des capacités de production est tombé à 72,4% après 74,4% (confirmé) en décembre. C'est le plus faible niveau enregistré depuis avril 1983.Ces chiffres offrent néanmoins quelques éléments d'espoir à tous ceux qui tablent malgré tout sur une reprise progressive de l'économie américaine. La Réserve fédérale (Fed) qui publie ces chiffres précise que pour la seule production manufacturière, l'indice est resté stable. C'est la première fois depuis le mois de juillet que cette statistique ne marque pas un recul. La Fed souligne également que la production industrielle hors automobiles et pièces détachées est elle aussi restée stable en janvier, après une baisse de 0,6% le mois précédent.latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :