Le moral des patrons allemands continue de décliner

 |  | 269 mots
Lecture 1 min.
Malgré la baisse des taux d'intérêt décidée par la Banque centrale euroépenne (BCE) au début du mois, les patrons allemands ne parviennent pas à sortir de la déprime dans laquelle ils sont englués depuis des mois. En décembre, l'indice Ifo, qui mesure le climat des affaires outre-Rhin, a enregistré son septième repli consécutif, tombant à 87,1 après 87,3 le mois précédent. Certes, la baisse est légère mais elle est symptomatique des doutes qui assaillent les chefs d'entreprises allemands. Ils s'inquiètent de la morosité de la conjoncture (lire ci-contre) avec une croissance 2002 qui devrait être comprise entre 0 et 0,5% selon les prévisions de la Bundesbank.L'indice Ifo publié ce matin recèle tout de même une toute petite lueur d'espoir. Pour la première fois depuis avril dernier, la composante de cet indicateur reflétant les anticipations des patrons s'inscrit en hausse. Les chefs d'entreprises, malgré les hausses d'impôts décidées par le gouvernement Schröder, abordent donc l'avenir avec un petit peu plus de confiance. Les perspectives d'un nouvel assouplissement de la politique monétaire de la BCE et d'une reprise à terme du commerce international sous l'impulsion des Etats-Unis ne sont sans doute pas étrangères à ce regain de moral. Mais cette amélioration de la confiance en l'avenir est fragile : une détérioration forte et prolongée du marché de l'emploi, un conflit international, une appréciation trop nette de l'euro sont autant de facteurs qui pourraient réduire à néant les timides espoirs de reprise entretenus par les patrons allemands.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :