La croissance de la demande mondiale de pétrole revue en baisse

 |  | 213 mots
Lecture 1 min.
Un hiver doux aux Etats-Unis comme dans de nombreux autres pays de l'OCDE, une économie mondiale qui tourne toujours au ralenti, et voilà l'Agence internationale de l'énergie (AIE) contrainte de revoir de nouveau en baisse ses prévisions quant à la demande mondiale de pétrole cette année. L'AIE estime dans son rapport menusel publié aujourd'hui que la demande mondiale de pétrole en 2002 ne devrait s'accroître que de 500.000 barils/jour (b/j), soit 60.000 b/j que lors de sa précédente estimation. Au total, la demande globale devrait se monter à 76,5 millions de b/j, ce qui représenterait une croissance de 0,7% par rapport à 2001. Pour la réalisation de ce scénario, l'AIE table toujours sur un rebond de la demande au 2ème semestre. Le rapport de l'agence présume en effet qu' "une reprise économique, qui pourrait déjà être en route, va gagner du terrain aux Etats-Unis vers la fin du 1er semestre, entraînant un renversement de la contraction actuelle de la demande de pétrole dans la seconde moitié" de 2002. A Londres, le baril de brent de Mer du Nord pour livraison en mars valait en fin de matinée 19,44 dollars, en hausse de 23 cents par rapport à son cours de clôture d'hier soir.  latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :