Les signes encourageants se multiplient aux Etats-Unis

 |  | 590 mots
L'heure de la reprise aux Etats-Unis paraît proche. C'est du moins le sentiment des consommateurs américains tel qu'il est traduit par l'indice de confiance publié cet après-midi par le Conference Board, un institut américain de conjoncture. En janvier, cet indicateur s'est établi à 97,3, signant ainsi sa deuxième hausse mensuelle consécutive. Cette hausse de près de trois points par rapport à novembre est principalement le fait de l'amélioration du sous-indice reflétant les anticipations des Américains. Dans les commentaires accompagnant la publication de ces statistiques, Lynn Franco, directrice du centre de recherches du Conference Board, souligne que "même si l'économie américaine n'a pas encore rebondi, le pire est passé". Et d'insister sur le fait que le regain de confiance des Américains concerne à la fois les perspectives économiques mais aussi celles du marché du travail. Cet optimisme des consommateurs américains est largement partagé par Gail Fosler, principal économiste du Conference Board. Avant même la publication de l'indice de confiance des consommateurs américains, elle estimait dans un entretien accordé à l'AFP que l'économie américaine avait "atteint un point bas et que la reprise avait commencé soit en décembre soit en janvier aux Etats-Unis". Selon elle, les dépenses des consommateurs américains auraient augmenté d'au moins 4% au quatrième trimestre de 2001. La consommation est le principal pilier de l'activité américaine, dont on mesurera un peu mieux la performance au dernier trimestre 2001 dès demain avec la publication de la première estimation du produit intérieur brut. Les analystes sondés par Reuters parient en moyenne sur une contraction de 1% mais Gail Fosler indique qu'elle ne serait pas surprise si une hausse était annoncée.Afin de nourrir leur réflexion quant à l'état de santé de la première économie mondiale, les économistes peuvent également méditer sur les chiffres publiés par le département américain du Commerce. Les commandes de biens durables ont augmenté de 2% en décembre aux Etats-Unis. Cette progression est plus importante que ne l'anticipaient les économistes. En moyenne, selon le consensus établi par Reuters, ils tablaient sur une hausse de 1,3%. Ce bon chiffre est cependant à nuancer en raison de la révision apportée par le département américain du Commerce aux statistiques de novembre. D'abord annoncées en contraction de 4,8%, les commandes de biens durables sur cette période ont finalement régressé de 6,0%.Ce bémol mis à part, de nombreux économistes voient dans ces données matière à espérer dans une reprise prochaine de l'économie américaine. Certains veulent y voir le signe d'un redémarrage des dépenses d'investissements. A l'appui de cette thèse, ils soulignent notamment les trois mois consécutifs de hausse des commandes de produits informatiques et électroniques. Au total, les commandes de biens durables au quatrième trimestre affichent une progression de 1,4% par rapport au trimestre précédent. Dans ce contexte, il apparait de plus en plus évident que le cycle de détente monétaire amorcé il y a un an par la Réserve fédérale américaine est terminé. Après onze baisses des taux d'intérêt en 2001, la Fed devrait opter pour le statu quo demain soir à l'issue de son comité de politique monétaire. Plus tard dans l'année, et en fonction du rythme de la reprise, un relèvement progressif du loyer de l'argent devrait être observé. Le principal taux directeur américain est aujourd'hui fixé à 1,75%. latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :