La défense, priorité absolue du budget américain

 |  | 337 mots
Se basant sur une hypothèse de croissance de 0,7% en 2002 et de 3,8% en 2003, George W. Bush a détaillé cet après-midi les grandes lignes de son projet de budget pour l'exercice fiscal 2002-2003 (octobre 2002 à septembre 2003). Les chiffres fournis au Congrès ne recèlent guère de surprises dans la mesure où ils confirment des informations déjà distillées par la Maison Blanche et notamment la priorité donnée aux dépenses publiques consacrées à la défense, et ce afin de faire face à l'après 11 septembre.Au total, les dépenses budgétaires pour 2003 se monteront à 2.128 milliards de dollars, en hausse de 3,7% par rapport à 2002. Les recettes seront en progression de 5,2% à 2.050 milliards ce qui fait ressortir un déficit d'environ 80 milliards de dollars en 2003 après un déficit de 106 milliards cette année. Il s'agit des premiers déficits budgétaires américains depuis 1997. Dans ces conditions, la dette publique américaine devrait totaliser 3.480 milliards de dollars en 2003, et 3.600 milliards en 2004. Elle ne devrait commencer à refluer qu'en 2005.Le budget de la Défense connaît une nette inflation, de +15% à 379,3 milliards de dollars, traduisant la forte mobilisation du gouvernement dans la guerre contre le terrorisme. Sur le seul exercice 2002-2003, une enveloppe de 27,2 milliards de dollars est prévue à cet effet. Cette hausse du budget militaire est la plus importante depuis le début de la présidence de Ronald Reagan il y a 20 ans. Cet effort se poursuivra au cours des quatre prochains exercices, les dépenses militaires en 2007 devant atteindre 451 milliards de dollars. De leur côté, les dépenses de Sécurité intérieure vont doubler à 37,7 milliards de dollars en 2003. Cette somme comprend 5,9 milliards consacrés à la lutte contre le bio-terrorisme. Les dépenses autres que militaires et de sécurité ne progresseront quant à elles que de 2% en 2002-2003, soit à peu près le niveau de l'inflation. La hausse des prix à la consommation devrait en effet atteindre 1,8% en 2002 et 2,2% en 2003, selon le projet de budget défendu par l'administration Bush. latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :