Le risque de récession demeure vivace en Allemagne

 |  | 199 mots
Lecture 1 min.
Rien n'y fait. Ni la remontée des marchés actions depuis la mi-octobre, ni la décision de la Banque centrale européenne n'ont permis d'enrayer la chute de l'indice ZEW. Cet indicateur, qui mesure les attentes de conjoncture outre-Rhin pour les six mois à venir, s'est encore replié en décembre. Il s'établit désormais à 0,6, soit un recul de 3,6 points par rapport à novembre, et son plus bas niveau depuis juillet 2001.Certes, cette baisse est inférieure aux attentes des économistes mais elle n'en illustre pas moins les difficultés traversées par l'Allemagne. Pour Wolfgang Franz, président de l'institut économique ZEW, "le danger d'une récession (ndlr, en Allemagne) n'a pas disparu". Il note ainsi que l'évolution de l'économie allemande et les risques géopolitiques liés à l'Irak continuent de susciter de fortes inquiétudes.Sur le plan intérieur, la dégradation du marché de l'emploi fait évidemment peser de lourdes menaces sur la croissance. En novembre, le pays a enregistré 35.000 demandeurs d'emplois supplémentaires (lire ci-contre), faisant passer le taux de chômage à 10%. Dans ces conditions, la consommation privée, qui représente la moitié du PIB allemand, est évidemment fragilisée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :