NTL cherche à restructurer une dette écrasante

Bientôt à court de liquidités, le câblo-opérateur britannique NTL, dont France Télécom détient 18,5%, joue le tout pour le tout afin d'assurer son sauvetage. Le groupe, qui publie aujourd'hui de larges pertes au titre de l'exercice 2001, a prévenu que les négociations entamées avec ses créditeurs, ses banques-conseils et des investisseurs potentiels étaient très difficiles. Il cherche en effet à restructurer une dette qui équivaut à 17 milliards de dollars. "Notre principal souci est de résoudre notre problème d'équilibre financier car nous sommes lourdement affectés par notre endettement", a déclaré Barclay Knapp, le directeur général de NTL, lors de la présentation des résultats annuels du groupe. "Nous n'avons aucune assurance de réussir à parvenir à une recapitalisation ou un refinancement dans les temps pour permettre au groupe de poursuivre son activité", a-t-il également prévenu.Selon des sources proches du dossier citées par Reuters, l'américain Liberty Media qui possède une large participation dans Telewest, un autre câblo-opérateur britannique, serait en discussion avec NTL afin d'y réinjecter des fonds. Ce serait ainsi le prélude à une fusion entre les deux entités, qui permettrait la création d'un groupe capable de concurrencer le numéro un britannique de la télévision payante BSkyB, propriété du géant des médias Rupert Murdoch.NTL subit pour 2001 une perte nette de 16 milliards de dollars, dont 11,4 milliards en dépréciations d'actifs et amortissements des survaleurs, dans le domaine des télécoms notamment. Face à ses difficultés financières, le groupe a supprimé l'an dernier 4.000 postes, ce qui a entraîné une charge de 8 milliards de dollars au quatrième trimestre.L'Ebitda s'élève à 492 millions de dollars, un chiffre conforme aux attentes des analystes, pour un chiffre d'affaires de 2,5 milliards de dollars. Le groupe détenait 180.000 abonnés au Royaume Uni fin décembre, se plaçant en première position des câblo-opérateurs britanniques. Ce sont donc bien les intérêts de la dette qui pénalisent NTL: selon les analystes, le groupe doit débourser cette année 840 millions de dollars à ce titre.Dans ses comptes 2001, France Télécom a déprécié la valeur de sa participation dans NTL de 4,58 milliards d'euros.latribune.f

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.