Les marchés européens boudent les TMT

Le rebond des valeurs TMT (technologies-médias-télécoms) opéré en milieu de semaine dernière à la faveur des résultats de Philips et Texas Instrument n'était finalement qu'un nouveau faux départ.Déjà pénalisé par les résultats de Nokia publiés jeudi (voir ci-contre), ce compartiment est de nouveau attaqué en début de semaine. Cette fois, ce sont les résultats décevants publiés d'abord par Ericsson puis par Lucent qui pèsent sur la cote. En fin d'après-midi, et alors que les indices américains sont nettement dans le rouge, le DJ Euro Stoxx 50 cède 1,22% à 3.663,82 points. Les valeurs technologiques, qui avaient le plus rebondi la semaine dernière, sont les premières touchées. Leur indice sectoriel abandonne 5,7%, tandis que ceux des télécommunications et des médias lâchent respectivement 2,8 et 0,9%.A Paris, on a d'abord craint que la présence de Jean-Marie Le Pen au second tour de l'élection présidentielle affecte le CAC 40. Mais finalement la tendance est la même qu'en Europe: la place parisienne est surtout plombée par ses valeurs TMT.L'équipementier Alcatel cède 3,28% à 14,73 euros. Et d'une manière plus générale, toutes les valeurs parisiennes des télécommunications sont dans le rouge. France Télécom se tasse de 3,52% à 30,70 euros, alors que sa filiale Orange s'affaisse de 3,69% à 6,79 euros. Hors du CAC 40, Equant perd 7,30% et Avenir Télécom 4,27%.Du côté des valeurs technologiques, Cap Gemini plonge de 5,26% à 72 euros. La valeur a été dégradée par UBS Warburg et ABN-Amro. Ce dernier redoute notamment une très faible croissance au second semestre rendant difficile la réalisation des prévisions du marché. Dassault Systèmes se replie de 4,49% à 51,10 euros, tandis que STMicro, qui doit annoncer des résultats sans surprise dans la soirée, cède quant à lui 3% à 34,62 euros.Si elles sont moins directement concernées par Ericsson et Lucent, les valeurs de la publicité, et plus généralement des médias, subissent en ce qui les concerne l'effet du manque de visibilité affiché par les britanniques WPP et Cordiant (voir ci-contre). L'agence Havas Advertising abandonne 4,76%, tanfis que Publicis, qui a également souffert au cours de la séance, est parvenu en toute fin de journée à ramener son repli à 0,1%. Dans la télévision, TF1 résiste lui aussi en limitant son repli à 0,75%. Quant à M6, l'effet "Loft Story" ne joue plus pour la petite chaîne qui monte. Son action recule de 4,11% à 30,78 euros. Le groupe, qui devait publier son chiffre d'affaires vendredi dernier, a décidé d'en reporter l'annonce au 3 mai.Enfin, à l'approche d'une assemblée générale qui promet d'être mouvementée (la CGT et FO prévoient notamment une action surprise), le titre Vivendi Universal baisse de 2,24% à 39,25 euros. Compte tenu du récent parcours de l'action, particulièrement calamiteux, le groupe devra payer la somme de 250 millions de dollars aux anciens actionnaires de Rondor Music, un label acquis en août 2000 (voir ci-contre).

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.