KLM entrevoit un retournement du marché aérien

La crise du secteur aérien qui a suivi les attentats du 11 septembre aurait-elle déjà touché son point bas ? Après les chiffres d'Air France plutôt rassurants en décembre (voir ci-contre), c'est au tour de la compagnie néerlandaise KLM de faire des déclarations en ce sens, même si la compagnie se garde de se montrer catégorique."Une amélioration de l'activité commerciale a été constatée dans la dernière partie du troisième trimestre. Cela a continué en janvier", indique KLM dans un communiqué relatif aux résultats de son troisième trimestre (clos à fin décembre). Mais si l'espoir renaît, le transporteur se veut toutefois très "prudent" quant à un retour à l'augmentation de ses capacités. Ce jeudi, la quatrième compagnie européenne ne s'est pas contenté de rassurer le marché sur l'avenir du secteur, elle a aussi montré l'efficacité des mesures adoptées (notamment les réductions de capacité de 6% en moyenne et la diminution des coûts salariaux) après le 11 septembre. "Grâce à un large éventail de mesures, l'impact négatif de la crise a été plus limité que nous ne l'avions initialement prévu et nous sommes parvenus a atteindre un cash flow positif [123 millions d'euros]", souligne Leo van Wijk, le PDG de la société. Certes KLM n'a pu éviter de comptabiliser une perte entre octobre et décembre. Le résultat net est négatif de 94 millions d'euros sur la période, contre un profit de 4 millions d'euros un an plus tôt. Toutefois, le chiffre est bien meilleur qu'attendu. Les analystes misaient sur un chiffre compris entre -84 et -215 millions d'euros, avec une estimation moyenne de -134 millions.De la même façon, la perte opérationnelle de 76 millions d'euros (contre un bénéfice de 46 millions il y a un an) est relativement convenable au vu des pronostics des professionnels qui allaient de -34 à -186 millions d'euros.Il est vrai que KLM avait employé les grands moyens pour contenir ses pertes. Le trafic passager a reculé de 15% sur le trimestre, mais la compagnie a réduit sa capacité de 11%. Du coup, le taux d'occupation a limité son repli à 3,9 points (73,3%). Si KLM a logiquement été frappé par la crise qu'a traversé le secteur, toutes les zones desservies n'ont pas été affectées dans les mêmes proportions. L'Europe a été peu touchée, alors que les liaisons avec l'Amérique du Nord ont enregistré un repli de trafic de 31% (les capacités avaient été abaissées de 28%).En Bourse, l'ensemble de ces nouvelles est plutôt bien accueilli. A Amsterdam, le titre KLM progresse de 6,53% à 15,50 euros en fin d'après-midi, portant sa hausse depuis le début de l'année à près de 20%. Mais KLM veut néanmoins prévenir le marché contre tout excès d'optimisme en rappelant que son quatrième trimestre, traditionnellement faible, marquera un creusement de la perte opérationnelle. Même si ce déclin sera moins prononcé qu'au troisième trimestre.latribune.fr

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.