Le Crédit Agricole divise les analystes

Bien que les volumes de transactions soient déjà soutenus sur l'action Crédit Agricole avec en moyenne 1,63 million de titres échangés chaque jour depuis le début de l'année, un nouveau paramètre devrait désormais animer un peu plus la vie de l'action. Il s'agit des recommandations d'analystes. La banque française leur avait en effet imposé un "black-out" qui a pris fin mardi soir à minuit, et les premières notes d'intermédiaires commencent à tomber.Si les investisseurs se sont pour l'instant montrés favorable à l'action qui, à 18,61 euros mercredi soir, a gagné 12,10% depuis son introduction à 16,6 euros, les analystes se montrent en revanche partagés. Sur les huit premières recommandations qui ont été rendue publiques, quatre sont en effet positives, tandis que l'autre moitié est beaucoup plus réservée.Parmi les plus optimistes se trouve CIC Securities qui, d'après Reuters, conseille d' "accumuler" avec un objectif de cours de 21,7 euros tenant compte d'une décote de holding de 25% imputable au fait que la banque ne possède que 25% du réseau des caisses régionales. Selon ce bureau, la Banque verte dispose d' "atouts majeurs" tels que son positionnement dans le crédit à la consommation en France, sa gestion d'actifs, mais aussi son réseau de banque de détail qui lui procure des revenus récurrents. Ce sont également l'aspect défensif et le profil de risque équilibré du dossier qui sont mis en avant du côté de Crédit Lyonnais Securities Europe et de BNP Paribas, autres bureaux qui se montrent confiants sur le titre avec des objectifs de cours respectifs de 21,1 et de 20,5 euros.L'analyste d'ABN-Amro insiste quant à lui sur le potentiel de croissance bénéficiaire de la banque. Les résultats devraient progresser de 5% en 2001 et en 2002, alors qu'il estime que ceux des banques européennes se contracteront légèrement. De quoi afficher là aussi une recommandation "accumuler", mais avec un objectif de 19,4 euros, plus modeste que ceux des précédents bureaux.Cependant, tous ne se montrent pas aussi favorables au titre. Premier élément retenu, la crise argentine dont l'impact devrait être limité selon BNP Paribas, pourrait selon Fortis Securities être beaucoup plus dommageable qu'attendu. Fortis Securities en estime le coût à 270 millions d'euros. Ce qui pourrait rendre "tout juste atteignable" l'objectif de la Banque verte qui est de réaliser au deuxième semestre 2001 un résultat égal à celui des six premiers mois. Par ailleurs, pour Commerzbank Securities, les fondamentaux du Crédit Agricole ne justifient pas la valorisation actuelle, et ce même si le titre entre bientôt au CAC 40. "Le comité scientifique des indices va se réunir prochainement pour décider si le Crédit Agricole entre dans la CAC 40 et la plupart des gens pensent que c'est couru d'avance. Cela pourrait profiter au titre mais notre recommandation se fonde sur les fondamenraux de la banque", note l'analyste de Commerzbank, cité par Reuters, qui fixe un objectif de cours de 16 euros et conseille d' "alléger". Une recommandation qui, selon Bloomberg, est aussi mise en avant chez ETC et chez KBC Securities.latribune.f

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.