Paris voit rouge, St-Gobain plonge de 29%, Renault gagne 6%

Le " profit-warning " de Saint-Gobain sonne comme un rappel à l'ordre à l'intention des investisseurs qui ont feint d'ignorer, hier, des indicateurs économiques pourtant parlant : la chute de l'indice Ifo du climat des affaires en Allemagne à 89,9 en juin, contre 91,3 en mai, et la baisse de 3,8% des commandes de biens durables aux Etats-Unis le mois dernier. Bref, le marché est à nouveau plombé par les craintes quant aux perspectives de reprise économique. De plus, l'éventuel élargissement de l'enquête de la SEC sur les pratiques comptables d'AOL Time Warner font resurgir les suspicions sur la transparence financières des grands conglomérats. Si le Dow Jones et le S&P 500 ont limité la casse hier , le Nasdaq Composite a abandonné près de 4%, effaçant d'un coup le rebond enregistré par les TMT à Paris jeudi. Paradoxalement, ce sont également sur leurs perspectives que les rares épargnés de l'indice parisien, comme Renault et EADS, progressent. A midi, le CAC 40 chute de 3,25% à 3.047,50 points, dans un volume d'affaires limité d'environ 1,15 milliard d'euros traités sur les valeurs de l'indice.Outre le probable recul de Wall Street cet après-midi, les investisseurs attendent, à 16 heures, l'indice définitif de confiance de l'Université du Michigan pour le mois de juillet. Les économistes interrogés par Bloomberg tablent sur une stabilité de cet indicateur à 86,5.Saint-Gobain plonge de 29,11% à 25,52 euros, accusant ainsi la plus forte baisse en pourcentagede son histoire. Le groupe a certes publié des résultats trimestriels en ligne avec les attentes du marché, mais il a révisé en baisse ses perspectives de résultats en 2002. Dexia se dit prudent sur le titre en raison "des incertitudes qui demeurent sur le dossier de l'amiante aux Etats-Unis". De son côté, SSSB est passé de "surperformance" à "neutre " sur le titre et a abaissé son objectif de cours de 52,50 à 45 euros. Merrill Lynch également modéré son opinion d' "achat fort" à "achat".Alcatel recule de 6,28% à 5,07 euros, affecté la rechute du Nasdaq et par les résultats du canadien JDS Uniphase. Le premier fournisseur mondial de composants de fibres optique, a fait état, après la clôture de Wall Street, d'un creusement de ses pertes à 997 millions de dollars au quatrième trimestre, contre 12,4 milliards un an plus tôt. Morgan Stanley a abaissé son objectif de cours sur Alcatel de 6 à 4 euros.France Télécom abandonne 3,91% à 13,26 euros, malgré les propos rassurants concernant la dette du groupe tenus par Michel Bon et rapportés par Les Echos. Orange chute de 6,20% à 4,69 euros alors que Lehman Brothers a dégradé le titre d'" achat " à " sous-performance " et ramené son objectif de cours de 9 à 5,50 euros. Equant plonge de 10,56% à 5,59 euros, affecté par son chiffre d'affaires semestriel.STMicroelectronics perd 3,81% à 20,44 euros, affecté par les résultats et les perspectives décevants de Taiwan Semiconductor Manufacturing (TSMC), le premier sous-traitant mondial pour l'industrie des semi-conducteurs. TSMC a par ailleurs annoncé une baisse de 20% de ses investissements cette année.Lagardère recule de 4,05% à 38,37 euros. Le groupe a déçu en annonçant une hausse de 3,1%, à 6,475 milliards d'euros, de son chiffre d'affaires au premier semestre. L'activité média a en revanche progressé de 7,5% à 3,905 milliards. Lehman Brothers a abaissé son objectif de cours de 54 à 50 euros.Plus forte hausse du CAC 40, Renault s'adjuge 5,43% à 42,14 euros. Le constructeur automobile a relevé sa prévision de marge opérationnelle pour 2002 à 2%, contre une marge très légèrement positive initialement prévu. Au premier semestre, il a dégagé un résultat net de 927 millions d'euros, contre 773 millions un an plus tôt. BNP Paribas est passé de " neutre " à " surperformance " sur la valeur.L'équipementier automobile Valeo cède en revanche 1,64% à 34,70 euros en dépit de la progression de 34,8% de son bénéfice opérationnel au premier semestre. Le groupe a par ailleurs annoncé une baisse de 18% de sa dette à 532 millions d'euros. Aurel Leven a relevé sa recommandation sur le titre d' "alléger" à "accumuler ".EADS gagne 1,19% à 14,42 euros après avoir révisé en hausse ses prévisions de résultats pour 2002.En hausse à l'ouverture, Axa recule désormais de 2,73% à 10,70 euros, renouant ainsi avec les pertes du début de la semaine. Si les valeurs bancaires sont généralement en baisse, le Crédit Agricole grignote 0,32% à 18,66 euros. Selon Les Echos, la banque verte semble bien partie pour obtenir la participation de l'Etats dans le Crédit Lyonnais.TotalFinaElf recule de 4,08% à 127 euros dans le sillage des cours du brut alors que, selon Reuters, l'Opep pourrait décider de relever ses quotas de production.Imerys bondit de 12,81% à 118 euros, dopé par la croissance de 29,9%, à 81,3 millions d'euros, de son résultat net au premier semestre.Enfin, l'action Memscap est suspendue de cotation dans l'attente d'un communiqué de la société.John WiburgCopyright Invest

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.