"Le brent devrait revenir à 20 dollars"

 |   |  397  mots
"La Tribune" - Le prix du baril de pétrole pourra-t-il se maintenir en 2002 ?Ignace de Coene - Plusieurs indicateurs laissent apparaître une tendance baissière. Tout d'abord, l'état des stocks mondiaux, qui ont sérieusement augmenté en 2001, du fait du ralentissement économique. Leur niveau est désormais comparable à la moyenne des cinq dernières années, voire supérieur. Ensuite, nous n'anticipons qu'une faible hausse de la demande de pétrole en 2002. Enfin, je ne crois pas à une baisse réelle de la production mondiale. La Russie a promis de réduire ses exportations de brut dans trois mois, mais pas sa production. Or, elle ne s'est pas imposé de limite sur ses exportations de produits raffinés, ce qui peut constituer un moyen détourné d'écouler la production de brut. Par exemple, Yukos prévoit ainsi d'augmenter de 20 % sa production en 2002.L'Opep pourra-t-elle continuer à réguler le marché ?Il y a des dissensions au sein du cartel sur la politique à suivre. Il a perdu ces derniers temps une part de marché significative et commence à devenir nerveux. Même si, mis à part l'Indonésie et ses difficultés à fournir, ou de mauvais élèves comme le Nigeria ou l'Algérie, dont la production a représenté de 111 % à 116 % du maximum autorisé en 2001, les pays membres ont plutôt mieux respecté leurs quotas qu'auparavant. Les hausses de capacité prévues dans différents pays de l'Opep dans le courant de 2002 et au-delà sont un élément perturbant pour la cohésion du cartel. A plus long terme, l'ouverture du marché interne du gaz en Arabie Saoudite ne va pas faciliter les choses. Elle pourrait être tentée d'écouler à l'exportation le brut qui ne sera plus consommé sur place.Y a-t-il cependant des facteurs de soutien au cours du baril ?Il y a en effet quelques éléments positifs. Les champs pétrolifères matures ont tendance à décliner plus rapidement que prévu. Les réserves supplémentaires se situent souvent dans des zones à risque, comme l'Angola et le Nigeria (où des problèmes sont régulièrement rapportés), ce qui peut peser sur l'approvisionnement, et donc sur la constitution des stocks. En outre, la demande mondiale devrait repartir avec la reprise économique et la fameuse driving season aux Etats-Unis. Nous anticipons donc un brent à 18 dollars au premier semestre, et à 20 dollars au second.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :