Usinor a continué de souffrir du ralentissement en fin d'année

Usinor, qui avait prévenu que la fin de l'année serait difficile, ne s'était pas trompé. Le sidérurgiste français vient de publier un chiffre d'affaires en baisse de 14,5% à périmètre constant pour le quatrième trimestre 2001, à 1,97 milliard d'euros.En fait, Usinor n'a pu que constater la poursuite d'une tendance engagée les mois précédents. Concernant le troisième trimestre, le groupe avait déjà mis en avant "la baisse de l'activité industrielle" et la baisse continue des prix de vente (voir ci-contre). Des arguments qui sont restés d'actualité sur les trois derniers mois de l'année.Ainsi, la branche des aciers plats au carbone a vu ses revenus fondre de 15,9% sous l'effet d'une baisse des volumes de 9,5% et d'un recul des prix de 7% dû à "la pression accrue des déstockages massifs", selon les termes du communiqué d'Usinor. Même son de cloche dans la division transformation-distribution, où un repli des volumes de 10,4% et une baisse des prix de 5,9% ont entraîné un recul du chiffre d'affaires de 15,7%.Finalement, seule la branche aciers inoxydables, alliages et plaques spéciales a pu afficher des volumes en progression (+7,5%), "grâce à des expéditions supérieures en [aciers] plats inoxydables et à une légère augmentation de l'activité tôles fortes et des livraisons de semi-produits". Mais en raison d'une contraction des prix de 17,9%, le chiffre d'affaires du pôle est lui aussi en baisse, perdant 11,3%.Ce quatrième trimestre aura donc mis un terme à une année plus que difficile pour Usinor et la sidérurgie d'une façon générale. En 2001, le chiffre d'affaires du groupe français s'est replié de 7,8% à 15,73 milliards d'euros. Comme au quatrième trimestre, toutes les branches d'activités ont vu leurs revenus diminuer sous le double effet défavorable des prix et des volumes.Si ces chiffres étaient plus ou moins attendus par le marché (tout comme une possible perte lors de la prochaine présentation des résultats), les investisseurs restent néanmoins très méfiants sur le titre. Le titre abandonne ainsi 5,53% à 12,82 euros mercredi à la clôture.Il est vrai que le groupe s'est montré très prudent sur ses perspectives. "La réduction des volumes offerts devrait contribuer à freiner la baisse des prix de vente et permettre au début de l'année 2002 un contexte de fin de déstockage et de stabilisation de la demande en volumes et en prix", annonçait le groupe début décembre. Or aujourd'hui, cette échéance semble avoir été repoussée à la fin du premier trimestre, voire au cours du printemps.Le marché sur lequel évolue Usinor devrait donc rester difficile sur les prochains mois. Un élément qui aux yeux des analystes justifie pleinement la concentration du secteur à laquelle participent Usinor, Arbed et Aceralia pour donner naissance à Arcelor. "Ce rapprochement met en avant des synergies d'un montant de 300 millions d'euros en 2003 puis de 700 millions d'euros d'ici 2006 en rythme annuel", rappelle-t-on chez Aurel-Leven à la veille de la clôture de l'OPE.latribune.f

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.