La Société Générale dévoile sa stratégie

Dans son plan stratégique pour les deux ans qui viennent, qui doit être dévoilé à la presse ce vendredi, la Société Générale entend "maintenir des niveaux élevés de croissance et de rentabilité". Le groupe prévoit une hausse moyenne annuelle de 16% de son bénéfice net par action, une hausse du rendement des fonds propres (ROE) de 19% après impôt, et une augmentation progressive du taux de distribution des bénéfices à 45% en 2004.En 2004, le résultat net, part du groupe s'afficherait à 3,4 milliards d'euros, Le résultat brut d'exploitation à 6,7 milliards d'euros, le produit net bancaire à 18,7 milliards d'euros, et le BNPA à 8,37 euros. L'objectif retenu est de 5,5 milliards d'euros de fonds propres pour de la croissance externe et des rachats d'actions. La Société Générale table alors sur une hypothèse de 3,5 milliards d'euros d'acquisitions.Toujours en 2004, la contribution des métiers au résultat net d'ensemble serait la suivante: banque de détail 48% (ROE de 21%), banque de financement et d'investissement 29% (ROE de 21%), gestion d'actifs 15% (contre 12% en 2001) et croissance externe 8%.Axe majeur de ce plan stratégique, la maîtrise des coûts de gestion et l'amélioration de la rentabilité. Une politique qui passe par la stabilisation, voire par la réduction des effectifs (lire ci-contre). La Société Générale entend enfin réaffirmer sa stratégie : dégager des ressources suffisantes pour assurer sa croissance organique et se lancer dans de nouvelles acquisitions "dans la banque de détails, les services financiers et la gestion d'actifs".Cette dernière activité est celle qui a le mieux résisté au ralentissement économique. En février dernier, lors de la présentation des résultats 2001 de la banque (lire ci-contre), Philippe Collas, patron de Société Générale Asset Management (Sgam), se montrait optimiste : "L'année 2002 a bien commencé, avec une collecte globale de 8 milliards d'euros au 15 février."En 2001, la faiblesse de la Société Générale était venue de son activité de banque de financement et d'investissement, dont les résultats reculaient de 43% à 654 millions d'euros. Sur l'année, le retour sur fonds propres de la branche s'élèvait toutefois à 17,5%, contre 28,6 % en 2000.De manière générale, les banques françaises retrouvent un certain succès auprès des investisseurs. Celles-co ont globalement bien résisté en 2001 et retrouvent la faveur des investisseurs étrangers. L'aspect spéculatif de certaines valeurs, dans un contexte de consolidation, n'est pas non plus à négliger, sur des titres comme le Crédit Lyonnais ou la Société Générale.L'action SG est en forte hausse vendredi : +4,28% à 78,70 euros dans de gros volumes, alors que le marché est baissier, à ses plus hauts depuis un an. La valeur a progressé de plus de 20% depuis le 1er janvier. Jeudi, c'est BNP Paribas qui a touché un plus haut à 58,60 euros. L'indice DJ Stoxx bancaire est un de ceux qui progresse le mieux depuis un mois : +8% alors que le DJ Stoxx 600 recule de 2,5%.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.