Le tourisme mondial s'est replié en 2001

Si 2000 avait marqué une explosion du tourisme avec une hausse de 7,4%, l'année 2001 aura en revanche été synonyme d'un net coup d'arrêt. Selon les chiffres de l'OMT (Organisation mondiale du tourisme), le nombre de voyages touristiques dans le monde a reculé de 1,3% à 688,6 millions l'an dernier. Le ralentissement économique et les attentats sont les deux principales causes de ce repli. L'OMT avait d'ailleurs anticipé en partie leur impact en révisant en septembre sa prévision de croissance du secteur. Mais les chiffres annoncés ce mardi ont été plus mauvais qu'attendu puisque dans son pronostic de septembre, l'OMT attendait encore une hausse de 1,5 à 2% (voir ci-contre).Sans surprise, le continent américain a été l'une des zones les plus touchées, avec une baisse de 7% (119,4 millions). Sur le seul territoire des Etats-Unis le nombre de voyages a chuté de 12,6% (44,5 millions).Pressenties comme des destinations à risque par de nombreux voyageurs, le Proche et le Moyen Orient ont de leur côté enregistré une baisse de 8,8% de leur fréquentation touristique avec 19,4 millions de voyageurs, tandis que le recul a été de 6,4% (6 millions) en Asie centrale et du sud.En revanche, les touristes n'ont pas déserté l'Europe, où le nombre de voyageurs a progressé de 0,7% à 400,5 millions. Une des plus fortes hausses de la zone a été enregistrée par l'Espagne (+3,4% à 49,5 millions de voyages). Mais ce pays n'a pas attiré autant de touristes que l'Hexagone. Lundi, la France a en effet confirmé sa place de première destination mondiale, qu'elle occupe depuis 10 ans. En 2001, 76,5 millions de personnes ont visité notre territoire, soit une progression de 2% et une part de marché supérieure à 11%. Toutefois, les touristes ont été moins dépensiers car le rapport du secrétariat d'Etat au Tourisme indique que le chiffre d'affaires du secteur est attendu en baisse de 5 à 10%.D'ailleurs, que ce soit en France ou à l'étranger, les principaux professionnels du tourisme avaient depuis plusieurs mois anticipé la tendance et ont par conséquent procédé à des ajustements. L'allemand Preussag, qui a publié un résultat du troisième trimestre inférieur aux attentes, a indiqué qu'il ne pourrait certainement pas atteindre son objectif de croissance bénéficiaire de 20% sur l'exercice (voir ci-contre). Kuoni devrait afficher un résultat négatif pour 2001. Côté français, Accor a annoncé une semaine après les attentats que son résultat avant impôts serait stable au lieu de croître de 10% (voir ci-contre). Enfin, le Club Med a affiché une perte nette de 70 millions d'euros pour son exercice clos en octobre, en raison de provisions pour restructurations suite aux attentats, et a dit manquer de visibilité pour l'exercice en cours (voir ci-contre).Si à l'image du Club Med, la plupart des groupes du secteur se montrent très prudents pour l'année 2002, l'OMT ne semble guère plus optimiste. Il y a moins de deux semaines, David de Villiers, le secrétaire général adjoint de l'organisation, a prévenu que 2002 "serait difficile pour l'industrie touristique" en ajoutant : "le meilleur scénario est celui d'une croissance zéro".latribune.f

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.