Kmart sous la protection de la loi sur les faillites

Pressentie depuis plusieurs jours (voir ci-contre), la nouvelle est désormais officielle. Le groupe de distribution Kmart vient de se placer sous la protection de l'article 11 de la loi américaine sur les faillites. Le conseil d'administration du groupe s'était réuni lundi pour étudier la possibilité d'un financement de 2 milliards de dollars et les mesures de restructurations à envisager. Le financement a été obtenu auprès d'un consortium mais doit désormais être autorisé par le tribunal des faillites de Chicago. "Nous sommes déterminés à achever notre réorganisation aussi rapidement et en douceur que possible tout en tirant plein avantage de la chance qui nous est donnée de prendre un nouveau départ", a déclaré Charles Conaway, le PDG du groupe.Fragilisé par la récession et les attentats, le groupe créé il y a cent cinq ans a notamment souffert d'une moins bonne image que le leader du marché, Wal-Mart. Pour de nombreux analystes, son positionnement reste en effet ambigu, à mi-chemin entre le discount et le haut de gamme. La concurrence s'est accrue et pour regagner du terrain, le groupe s'est l'an dernier engagé sur la voie de la guerre des prix. Mais Wal-Mart, d'une taille quatre fois plus importante, a immédiatement répliqué et a vu son chiffre d'affaires progresser alors que celui de Kmart reculait.Et la situation de Kmart, qui emploie 250.000 personnes dans 2.100 magasins, s'est considérablement dégradée ces derniers temps. Les ventes de la période de Noël ont été les plus mauvaises enregistrées depuis dix ans. En outre, la semaine dernière, les agences de notation Standard & Poor's et Moody's ont déclassé la dette du groupe au rang de "junk bonds" (obligations pourries). Enfin, plusieurs fournisseurs de Kmart ont, dès lundi, suspendu leurs livraisons. C'est le cas de Fleming, grossiste en produits d'épicerie, qui attend des garanties alors que, d'après lui, 78 millions de dollars de produits livrés n'ont pas été réglés par Kmart. Scotts Co., spécialiste des produits de jardinage, a lui aussi interrompu ses livraisons.Après trois trimestres consécutifs de pertes et des ventes décevantes au quatrième trimestre, un analyste de Prudential Financial avait été le premier à tirer la sonnette d'alarme début janvier en évoquant l'hypothèse d'une faillite (voir ci-contre). La réaction de Kmart avait été vive et un porte-parole, Jack Ferry avait lancé : "Nous avons des fonds et des lignes de crédit suffisants pour poursuivre notre stratégie... "Toutefois, les investisseurs s'étaient dès lors montrés très prudents. La semaine dernière à Wall Street, l'action est tombée à moins de 1,5 dollar, soit ses plus bas niveaux depuis trente ans. Et ce mardi, elle plonge de 54,60% à 0,79 dollar deux heures après l'ouverture, ce qui porte à 85% son repli sur l'année 2002.latribune.f

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.