Les transports perturbés, mais pas paralysés

 |  | 767 mots
Le bras de fer entre syndicats et gouvernement sur la réforme des retraites a connu ce mardi un nouvel épisode avec la mobilisation du front syndical CGT, FO, FSU, Unsa. Comme anticipé, c'est dans les transports en commun que les principales perturbations ont été observées avec en conséquence d'importants embouteillages mardi matin. A la SNCF, la direction indique que pour les TGV comme pour les corails, il ne circulait qu'un train sur trois. Selon les estimations réalisées par la direction à la mi-journée, il y avait 41,1% de grévistes toutes catégories confondues. Un chiffre en retrait par rapport à la journée du 13 mai, où 60% du personnel avait cessé le travail. Le trafic aérien a lui aussi été très fortement affecté par une grève des aiguilleurs du ciel et environ 80% des vols nationaux ont été annulés. Toutefois, les vols long courrier d'Air France étaient assurés pour l'essentiel. Par contre, le trafic a été très perturbé sur les vols courts et moyens-courriers, où 35% des vols ont été maintenus, selon la direction de la compagnie. Dans les transports en commun, la situation a été variable. A Paris, le métro a été affecté, mais de façon très inégale selon les lignes. En début d'après-midi, selon la RATP, le trafic allait de "normal" sur la ligne A du RER, à "fortement perturbé" sur une dizaine de lignes de métro. Situation plus normale pour les bus, précise la RATP, selon qui trois autobus sur quatre fonctionnaient. Au total, selon la Régie, 17% des salariés ont fait grève, contre 56% le 13 mai. Seule la CGT, qui est le syndicat majoritaire à la RATP, appelait à faire grève aujourd'hui, contre six syndicats voici trois semaines. Mais la CGT a annoncé mardi après-midi que la grève serait reconduite pour la journée de mercredi.Dans la deuxième ville de France, Lyon, deux lignes de métro sur quatre, deux bus sur cinq et plus de la moitié des tramways circulaient. Plus d'une cinquantaine de villes ont été touchées à des degrés divers par ces grèves.Outre les transports, d'autres secteurs d'activité ont été affectés par ce mouvement social. C'est le cas évidemment dans l'Education nationale où les personnels étaient également mobilisés contre le projet de décentralisation défendu par les pouvoirs publics. Selon les chiffres publiés par le ministère de l'Education nationale, la grève a été suivie par 47,80% des enseignants dans les écoles, 43,88% dans les collèges, 25,75% dans les lycées professionnels, 35,70% dans les lycées et 22,30% chez les non-enseignants. Ces chiffres sont très proches de ceux observés lors de la grève précédente, le 27 mai. Et d'ores et déjà, une nouvelle journée de grève est annoncée pour le mardi 10 juin. Ce jour-là, le Parlement devrait commencer l'examen du projet de loi sur les retraites.Autres secteurs affectés: la Poste, l'Energie, la Banque de France et la presse... Les Français dans leur grande majorité ont en effet également été privés de journaux puisque aucun titre parisien n'a pu paraître et que très peu de titres ont été distribués en province.Au terme de cette journée d'action, le gouvernement ne semble en tout cas pas plus disposé qu'avant à revenir sur son projet de réforme des retraites. S'exprimant devant la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale, le ministre des Affaires sociales François Fillon a en effet déclaré que, s'il respectait "les choix et convictions" des organisations syndicales sur les retraites, "le respect n'est pas synonyme de retrait, de report ou de réécriture du projet". Une fin de non-recevoir qui contraste avec les nouvelles concessions octroyées simultanément par le gouvernement aux enseignants sur la question de la décentralisation (lire ci-contre).Trafic en amélioration mercrediLe mouvement de grève dans les transports devrait continuer demain mercredi, mais avec des perturbations moindres que mardi. La direction de la SNCF prévoit ainsi une "nette amélioration" du trafic avec notamment "un train sur deux" en Ile-de-France et "deux TGV sur trois" sur le plan national. Quant à la RATP, alors que le préavis de grève illimitée de la CGT court toujours, elle annonce pour mercredi un "service inégal suivant les lignes" pour le métro, un "trafic proche de la normale" pour la ligne A du RER, des "risques de perturbations" pour la ligne B et un "trafic quasi normal" pour les bus.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :