Les débitants de tabac fortement mobilisés

 |  | 439 mots
Lecture 2 min.
Ce lundi à la mi-journée, les débitants de tabac semblent avoir réussi leur coup. Pour la première fois de leur histoire, ils avaient lancé pour aujourd'hui un appel à la grève. Selon des chiffres communiqués par la Confédération des débitants de tabac, environ 88% des quelque 34.000 buralistes français se seraient joints à ce mouvement. Un score supérieur aux prévisions qui évoquaient avant le week-end une mobilisation attendue entre 75 et 85%. Selon la Confédération, la majorité des buralistes en grève ont fermé totalement leur établissement, les autres ne fermant que leur caisse tabac. Localement, des opérations spectaculaires sont menées. C'est notamment le cas à Lognes en Seine-et-Marne où des débitants de tabac bloquent depuis ce matin des entrepôts d'Altadis (Gauloises, Gitanes, Fortuna...). A Calais et Amiens, des dépôts de presse ont aussi été bloqués. Des manifestations se sont également déroulées dans des zones frontalières: tunnel du Mont-Blanc et Pont de l'Europe à Strasbourg par exemple.A l'origine de ce mouvement de protestation, les hausses successives du prix des cigarettes. Après avoir augmenté de 8% à 16% en janvier dernier, les prix des cigarettes en France, parmi les plus chères d'Europe, s'envolent aujourd'hui de 18% à 20%. D'ores et déjà, la Confédération des débitants de tabac estime qu'après cette journée "le gouvernement ne peut rester sourd à ce mouvement de contestation, nous attendons des réponses à nos propositions". Les débitants de tabac demandent notamment que soit abandonnée la hausse prévue en janvier et souhaitent son report en juillet prochain. Dans un entretien à La Tribune ce matin, le ministre de la Santé Jean-François Mattei (lire ci-contre) indique que la future hausse "dépend des cigarettiers". Sur RTL, le ministre précise qu'il n'y aura pas automatiquement de nouvelle hausse des taxes sur le tabac en janvier, tout en n'écartant pas formellement cette éventualité. Jean-François Mattei place le débat sous l'angle de la santé publique en rappelant que l'objectif du gouvernement est de faire reculer le nombre de jeunes fumeurs de 30% en 5 ans et le nombre de fumeurs adultes de 20% en 5 ans. Mais ici ou là, des voix s'élèvent pour contester l'efficacité de l'arme des prix sur le niveau de la consommation. Certes, les ventes des débitants se sont contractées de plus de 8% après la hausse de janvier dernier, mais pour de nombreux observateurs la consommation se serait déplacée vers des réseaux de distribution parallèles avec à la clé l'explosion des ventes transfrontalières et l'augmentation de la contrebande.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :