Essoufflement de la mobilisation dans les transports

 |  | 629 mots
Le gouvernement serait-il en train de gagner son pari ? Malgré de fortes perturbations dans les transports, la paralysie du pays annoncée par certains n'a pas eu lieu hier. Et si mercredi on ne pouvait encore parler de retour à la normale, le bras de fer engagé entre les pouvoirs publics et les syndicats opposés au projet de loi sur les retraites semble tourner à l'avantage du gouvernement. Et même si les organisations syndicales (CGT, FO, FSU, Unsa, G10 Solidaire) ne désarment pas - une nouvelle journée de mobilisation est annoncée pour le 10 juin -, la participation des salariés du public comme du privé aux manifestations et aux arrêts de travail hier a été moindre que le 13 mai dernier. De plus, dans le secteur névralgique des transports, la mobilisation perd de sa vigueur même si des perturbations sont toujours enregistrées.A l'exception notable de Marseille où seulement 13% des bus et la moitié des métros circulaient, ailleurs la situation était meilleure qu'hier. Ainsi à Paris, la RATP a noté qu'en moyenne deux métros sur trois étaient en service. La police est intervenue mercredi matin pour dégager les accès de plusieurs dépôts de bus de la RATP, bloqués depuis les premières heures de la matinée par des enseignants. La CGT-RATP a lancé mercredi une polémique sur le nombre de grévistes, affirmant que 50% des conducteurs étaient en grève dans le métro et le RER et 35 à 40% dans les bus. La direction de la Régie, pour sa part, avait estimé à 17% le taux de grévistes mardi. Les perturbations relativement limitées du trafic s'expliqueraient, selon la CGT, par le recours de la RATP à des conducteurs de remplacement, "payés à prix d'or".A la SNCF, qui tablait sur la circulation d'un TGV sur deux et d'un corail sur deux, la grève était suivie par 23,8 % des personnels, mercredi à 11h du matin, selon la direction de l'entreprise. Mardi à la même heure, 41,1% du personnel était en grève. Dans les aéroports, où 80% des vols avaient été annulés mardi en raison de la grève des aiguilleurs du ciel de la DGAC, le trafic était encore bien perturbé avec des retards d'une heure à une heure et demie dans les aéroports parisiens et une dizaine de vols auraient été annulés. Toutefois, Aéroports de Paris (ADP) prévoyait un retour à la normale dans la journée. Face à une mobilisation qui marque le pas, le gouvernement maintient le cap. Mardi, François Fillon a été très clair. Le ministre des Affaires sociales a martelé qu'il n'y aurait "ni retrait, ni report, ni réécriture" du projet de loi réformant les retraites. L'examen de ce dernier en séance publique débutera mardi prochain à l'Assemblée nationale.Faibles perturbations à la RATP et à la SNCF jeudiSelon la CGT, seul syndicat à appeler à la grève à la RATP, les assemblées générales de salariés ont voté mercredi "à l'unanimité" la reconduction de la grève pour jeudi. La Régie ne s'attend pas moins à une nouvelle amélioration du trafic demain. Elle prévoit ainsi un "trafic peu perturbé" dans le métro, avec trois rames sur quatre en moyenne, et des "perturbations possibles" sur les lignes 6, 8, 9 et 10. La ligne A du RER devrait connaître un trafic "proche de la normale", la ligne B enregistrant "quelques perturbations avec retour progressif à la normale". Enfin, le trafic devrait être "quasi normal" pour les bus. A la SNCF, on prévoit également que la "tendance à l'amélioration" du trafic devait "se confirmer jeudi, en particulier sur les grandes lignes et TGV". Le trafic devrait être "quasi normal" sur certains axes, comme Nord Europe et Paris Rennes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :