Le gouvernement au chevet des régions touchées par les plans sociaux

 |   |  436  mots
Dans un contexte de hausse du chômage (9,3% en mars) et de croissance molle, le gouvernement Raffarin tente de mettre en place un dispositif permettant de pallier les défection de certaines entreprises dans des bassins d'emplois déjà très sinistrés. Lors d'un comité interministériel d'aménagement et de développement du territoire (CIADT) consacré à l'accompagnement des plans sociaux, le gouvernement a approuvé douze contrats de sites pour un total de 342 millions d'euros visant à revitaliser des régions touchées par des restructurations industrielles. Selon les pouvoirs publics, ces mesures permettront de créer entre 7.000 et 8.000 emplois d'ici 2006 dans les zones concernées. Ces contrats de sites, initiés le 28 janvier après la faillite de l'usine Metaleurop dans le Nord, visent à associer moyens de l'Etat et des collectivités territoriales afin d'aider la reconversion de bassins d'emplois touchés. Le CIADT, le deuxième du gouvernement Raffarin depuis le 13 décembre 2002, a confirmé quatre contrats de sites engagés ces dernière semaines à Lens (Metaleurop), Longwy (Daewoo), Romorantin (Matra automobile) et Angers (ACT, TRW et habillement) pour un total de 113 millions d'euros. Il s'est aussi engagé à revitaliser sept territoires touchés par la restructuration du groupe d'armement terrestre Giat Industries, à savoir les bassins de Saint-Etienne/Saint-Chamond, Bourges, Tulle, Vichy-Cusset, Roanne, Tarbes et Toulouse. Ce programme de mobilisation s'élève à 127 millions d'euros, y compris un engagement de Giat Industries à hauteur de 45 millions d'euros, et vise à créer 5.000 emplois. Le CIADT a par ailleurs approuvé un programme d'appui aux bassins textiles des Vosges et de l'Aube, à hauteur de respectivement 70 millions et 32 millions d'euros. Le gouvernement a également confirmé son souhait que la nouvelle Agence française pour le développement international des entreprises (CFCE-UBIFRANCE) soit implantée à Marseille, qui doit devenir le centre d'expertise et de conseil à l'exportation des PME du sud de la France. En marge de comité interministériel, le Premier ministre s'est voulu optimiste quant à la croissance. Selon Jean-Pierre Raffarin, "nous avons une croissance qui se redresse et qui valide nos scénarios". "La croissance française se redresse" dans une "Europe qui est au ralenti", a souligné le chef du gouvernement qui a notamment insisté sur la reprise de l'investissement productif, +0,5% au premier trimestre de cette année après une baisse de 1,7% au quatrième trimestre 2002. Au premier trimestre, le produit intérieur brut français a augmenté de 0,3% - après un recul de 0,1% au trimestre précédent - ce que le premier ministre a opposé à une croissance nulle en moyenne dans l'Union européenne et à un recul de 0,2% en Allemagne, 0,3% aux Pays-Bas et 0,1% en Italie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :