Nouvelle journée de mobilisation pour les fonctionnaires

 |  | 625 mots
Lecture 3 min.
Grèves et manifestations ont ponctué la journée d'action des fonctionnaires pour la défense des retraites organisée ce lundi par les syndicats. La manifestation des fonctionnaires a rassemblé entre 38.000 et 100.000 personnes à Paris, selon les estimations respectives de la police et des organisateurs, mais la mobilisation chez les enseignants, qui forment le gros des troupes des fonctionnaires en colère, semble plutôt en retrait.C'est sous une pluie battante que s'est déroulée la manifestation parisienne des fonctionnaires, de la place Denfert-Rochereau jusqu'à proximité du ministère de la Fonction publique, rue de Varenne, où se tenait lundi matin un Conseil supérieur de la Fonction publique de l'Etat. En province également, de nombreux cortèges ont rassemblé des fonctionnaires. Ces derniers défilaient à l'appel des fédérations CGT, FO, UNSA, FSU, CFTC et CFE-CGC de la Fonction publique, autrement dit de tous les syndicats qui ont refusé la semaine dernière le projet de réforme des retraites élaboré par le gouvernement - et même de la CGC qui l'a accepté. Seule la CFDT, en définitive, n'appelait pas à faire grève aujourd'hui.Les salariés de l'Education nationale formaient souvent le gros des cortèges. Mais des agents de nombreuses autres administrations étaient également présents: Impôts, Equipement, Transports, hôpitaux, Banque de France, ANPE, La Poste, France Télécom, SNCF, RATP... Au total, selon les estimations réalisées à 17 heures par les services de police, 335.000 manifestants ont défilé en France lundi, dont 38.000 à Paris. Lors de la précédente journée d'action, mardi 13 mai, ils étaient un peu plus d'un million selon la police, et un peu plus de deux millions selon les organisations syndicales. De fait, à en croire le ministère de l'Education nationale, la mobilisation est plutôt moins forte dans le corps enseignant. Selon les chiffres communiqués à la mi-journée, l'administration évaluait en effet la proportion de grévistes dans une fourchette allant de 20 à 45% en moyenne, contre 55 à 74% mardi dernier. On comptait ainsi 45% de grévistes dans les écoles et dans les collèges, 32% dans les lycées professionnels, 38% dans les lycées et 20% chez les non enseignants. Le 13 mai, le ministère donnait 74% de grévistes dans les écoles, 70,5% dans les collèges, 62% dans les lycées professionnels, 65% dans les lycées et 55% chez les non enseignants. Du côté syndical, où l'on donnait 80% de grévistes en moyenne mardi dernier, le principal syndicat des écoles, le SNUipp-FSU, revendique malgré tout 75% de grévistes ce lundi. Les organisations syndicales continuent donc de mener le combat contre le projet de réforme des retraites élaboré par le gouvernement. Lundi matin, le ministre de la Fonction publique, Jean-Paul Delevoye, leur a présenté le texte du projet de loi, prenant en compte les dernières concessions octroyées par François Fillon jeudi soir. Ce texte n'a été approuvé, au niveau national, que par la CFDT et la CGC, la fédération de fonctionnaires de ce dernier syndicat le rejetant elle-aussi. Lundi après-midi, la CFTC a décidé de refuser son soutien au relevé de conclusions présenté jeudi par le gouvernement sur les retraites. Elle n'appelle cependant pas à participer à la manifestation nationale prévue à Paris le 25 mai. Au sein du corps enseignant, la question des retraites n'est pas le seul sujet de mobilisation. Les projets de décentralisation du personnel non enseignant de l'éducation nationale suscitent également une vive inquiétude. Luc Ferry, le ministre de l'Education nationale, reçoit mardi les syndicats pour discuter des problèmes propres à l'école.Au niveau de l'ensemble de la fonction publique et, plus généralement, des salariés, la prochaine grande journée de mobilisation est dimanche prochain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :