Nouvelle chute du moral des ménages français

 |  | 396 mots
Lecture 2 min.
Ce n'est pas franchement une surprise: les ménages français n'ont pas le moral. Selon les chiffres publiés mardi matin par l'Insee, le moral des ménages a en effet enregistré un nouveau recul marqué en mars, pour le troisième mois consécutif. L'indicateur résumant leurs différentes opinions est en chute libre: il est tombé de -26 en février à -32, son plus bas niveau depuis décembre 1996. Et cela alors même que les données collectées l'ont été avant le début de la guerre en Irak.Ce repli de l'indicateur s'explique pour l'essentiel par le fléchissement des soldes d'opinion sur le niveau de vie en France, récent et à venir, ainsi que par celui portant sur l'opportunité d'acheter. Ce dernier élément est particulièrement surveillé par les conjoncturistes, car la consommation est actuellement le seul support de la croissance (lire ci-contre). Or l'activité a déjà commencé à ralentir et le gouvernement ne table plus pour 2003 que sur une hausse du PIB de 1,3%. Quelques éléments demeurent un peu moins négatifs: le solde d'opinion sur les perspectives d'évolution de la situation financière personnelle recule, mais assez peu, tandis que le jugement des ménages sur l'évolution récente de leur propre situation financière reste stable en mars. Les Français ne se montrent guère optimistes pour les mois à venir, notamment en ce qui concerne l'emploi. Ils estiment que ce dernier va continuer à se dégrader. "Leur pessimisme quant à l'évolution du chômage atteint un maximum historique", note d'ailleurs l'Insee. Les experts de l'institut ont d'ailleurs indiqué la semaine dernière que le taux de chômage devrait effectivement grimper dans les mois qui viennent pour s'établir à 9,3% en juin.Considérant que les prix ont peu augmenté au cours des six derniers mois, les Français ne trouvent pas non plus de ce côté de motif de se réjouir: ils sont beaucoup plus nombreux à anticiper que l'inflation va augmenter dans les mois à venir...Cette enquête publiée par l'Insee vient conforter d'autres informations de ces derniers jours. Hier, ainsi, l'indice mesurant le degré de confiance des industriels et des consommateurs dans la zone euro a affiché sa plus forte baisse mensuelle depuis septembre 2001, perdant 0,6 point en mars par rapport à février, poour s'établir à 97,8 (lire ci-contre).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :