Forte embellie sur le front de l'emploi aux Etats-Unis

C'est peut-être le signal que tout le monde attendait. Au troisième trimestre, l'économie américaine a affiché une croissance insolente avec une progression de PIB de 7,2%, mais cette accélération de l'activité ne s'était pas traduite dans les chiffres du chômage. Les statistiques publiées cet après-midi laissent pourtant supposer que le marché du travail de la première économie mondiale est enfin en train de se retourner. En octobre, le taux de chômage s'est replié légèrement, passant de 6,1% à 6%. Plus important encore - et plus suivi par les marchés: les créations d'emplois.Le mois dernier, l'économie américaine a créé 126.000 emplois nets, surpassant en cela les attentes des économistes qui tablaient plutôt sur moitié moins. Aussi spectaculaire, la révision à la hausse des chiffres publiés pour le mois de septembre: en première estimation, le département américain du travail avait annoncé la création de 57.000 emplois, il s'en est finalement créé 125.000.Pour Robert Sinche de la Citibank, cité par Reuters, ces chiffres sont une "autre indication montrant que la croissance américaine entre dans une phase où elle pourra s'alimenter d'elle-même". Ces statistiques permettent également de corroborer les propos tenus hier par Alan Greenspan: le président de la Fed faisait montre d'un relatif optimisme concernant l'évolution de l'emploi aux Etats-Unis (lire ci-contre). Ceci étant, tous les secteurs de l'économie américaine ne sont pas logés à la même enseigne. Car si sur les trois derniers mois, il s'est créé aux Etats-Unis 411.000 emplois nets, cela a surtout profité aux secteurs des services (+143.000 rien que sur le mois d'octobre) et du commerce de détail (+30.000 en octobre). A l'inverse, dans le secteur manufacturier, les destructions d'emplois se poursuivent: -24.000 en octobre. Cependant, on peut observer un certain ralentissement dans le rythme des disparition des effectifs dans cette branche. Entre août 2002 et août 2003, il s'est détruit en moyenne 53.000 emplois dans l'industrie chaque mois. Ces chiffres devraient être bien accueillis à la Maison-Blanche. La perception qu'auront les Américains de la politique économique de George W. Bush, et notamment de son action sur le chômage, jouera un rôle sans doute décisif dans son éventuelle réélection.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.