Embellie surprise sur le marché de l'emploi aux Etats-Unis

Les économistes s'alarmaient de voir l'économie américaine continuer à détruire des emplois alors même que l'activité semblait repartir sur un rythme élevé: les statistiques publiées vendredi après-midi devraient pourtant faire taire ceux qui dénonçaient le risque d'une croissance sans emploi. En septembre, l'économie américaine a en effet enregistré 57.000 créations nettes d'emplois. Le taux de chômage reste cependant inchangé d'un mois sur l'autre, à 6,1%.Cette embellie surprend favorablement les marchés. Ainsi, les analystes sondés par Bloomberg tablaient en moyenne sur 25.000 destructions d'emplois et une hausse du taux de chômage à 6,2%. Cette amélioration du mois de septembre est d'autant plus importante que c'est la première fois depuis janvier que la première économie mondiale crée des emplois. Sur cette période, un total de 494.000 postes ont disparu. En septembre, l'industrie a continué à détruire des emplois: 29.000 postes ont été supprimés dans ce secteur le mois dernier, ce qui marque malgré tout un ralentissement du rythme des réductions d'effectifs dans l'industrie. En moyenne, sur les 12 derniers mois, le secteur manufacturier a détruit 54.000 emplois par mois. A l'inverse, dans le tertiaire, on enregistre la création de 74.000 emplois avec notamment 66.000 dans les services aux entreprises, dont la moitié en raison d'embauches temporaires. Ces bons chiffres sont porteurs d'espoir pour l'économie américaine : dans l'esprit des observateurs, la dégradation persistante du marché de l'emploi faisait planer une sérieuse hypothèque sur la croissance. En effet, malgré une accélération patente de l'économie au deuxième trimestre - hausse du PIB de 3,3% -, les entreprises américaines ne semblaient guère pressées de relancer les embauches. Or, une amélioration de l'emploi est cruciale pour la vigueur de la reprise, comme en témoigne la baisse surprise de la confiance des consommateurs enregistrée le mois dernier en raison de la morosité du marché du travail. Ces statistiques ont donné un coup de fouet aux indices sur les marchés actions. A Paris, le CAC 40 s'est envolé, terminant en clôture vendredi sur une hausse de 3,24%. A Wall Street, Dow Jones et Nasdaq signent également de belles progression en fin de matinée à New York. Le billet vert reprend également de la hauteur vis à vis de l'euro. La monnaie européenne s'échangeait à 1,1593 dollar un peu après 18 heures vendredi.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.