Les marchés fêtent avec mesure l'arrestation de Saddam Hussein

La cavale de Saddam Hussein a pris fin, et avec elle une période de doute. Tel semblait être le sentiment des marchés ce lundi, après la diffusion par les télévisions du monde entier des images du Raïs aux mains des troupes de la coalition. Emboîtant le pas à la Bourse de Tokyo - en progression de 3,16% - et également soutenues par la progression de Wall Street vendredi soir, les places européennes se sont montrées particulièrement optimistes dès le début de matinée.Tous les indices ont ouvert en hausse, avec à leur tête le CAC, qui a repassé à la hausse la barre des 3.500 points, et le DAX, qui a franchi un moment le seuil psychologique des 3.900 points. Aux Etats-Unis, la tendance a été similaire, permettant au Dow Jones (+0,74% deux heures après l'ouverture) et au Nasdaq (+0,5%) de conforter leurs gains de la semaine passée."Une incertitude majeure a été levée", commentait dans la matinée un professionnel cité par Reuters. En d'autres termes, "la nouvelle est un facteur de soutien pour l'administration américaine, pour la Bourse des valeurs américaines et pour le dollar", surenchérissait un opérateur japonais joint par l'AFP. De fait, si les opérateurs européens ont réagi aussi favorablement, c'est qu'ils attendent une diminution du risque géopolitique ainsi qu'une amélioration de la situation américaine et partant de l'économie mondiale. Dans ces conditions, le dollar en a également profité pour reprendre un peu de terrain sur l'euro lundi matin. La monnaie européenne est un temps tombée à 1,2171 dollar, contre plus de 1,23 dollar vendredi. Les prix du pétrole se sont également détendus, l'arrestation de Saddam Hussein laissant espérer aux opérateurs une baisse des actions terroristes. En fin d'après-midi, le baril de Brent pour livraison janvier 2004 reculait de 50 cents, à 29,87 dollars.Pour autant, considérer cette arrestation comme un remède miracle serait aller un peu vite en besogne. D'abord parce qu'elle "ne garantit pas le retour de la sécurité en Irak", prévient l'intermédiaire japonais - et les événements le prouvent déjà puisque ce lundi, deux véhicules ont explosé à Bagdad. Ensuite, comme le souligne un autre professionnel, parce que l'arrestation "ne change rien aux problèmes de fond des Etats-Unis", que ce soit sur le plan géopolitique ou économique.Certainement conscient de ce fait, les marchés n'ont d'ailleurs pas maintenu le rythme tout au long de la journée. Les indices ont réduit leurs gains en fin de journée. Et le dollar a connu un nouvel accès de faiblesse, l'euro ayant inscrit un nouveau record à 1,2323 dollar. "L'effet Saddam Hussein" n'aura donc été que de courte durée. Et ce sont bien les événements prévus cette semaine outre-Atlantique (statistiques et résultats d'entreprises) qui devraient décider de la tendance dans les prochains jours.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.