Triste journée sur les marchés

Une seule couleur est de mise ce lundi sur les places européennes: le rouge. Toutes les Bourses du Vieux continent ont ouvert en baisse et elles y sont restées tout au long de la séance. Dans ce paysage boursier monochrome, Paris paie le plus lourd tribut avec une chute de 2,59% à la clôture. Londres et Francfort limitent leurs pertes à 1,32% et 1,97%, tandis que le Stoxx 50 recule de 1,9%.Côté secteurs, c'est la finance qui apparaît la plus touchée au niveau européen. Les dernières places du palmarès du Stoxx 50 sont occupées par Aegon, ING, Allianz, Axa ou encore BNP Paribas. Toutefois, de l'aveu même des opérateurs, c'est plutôt le climat général qu'une actualité propre à ce secteur qui est à l'origine du repli. "Avec la baisse des marchés américains et des valeurs japonaises massacrées à Tokyo aujourd'hui, on va être plombé en ouverture", prédisait ce matin un intervenant cité par Reuters. Il est vrai que c'est une nouvelle fois Wall Street qui a donné le ton en clôturant en baisse vendredi soir (le Dow Jones a cédé 0,7% et le Nasdaq 1,89%) après des statistiques mitigées, et en poursuivant son repli lundi. Certes, la confiance des ménages est remontée (voir ci-contre). Mais les ventes au détail n'ont pas été à la hauteur des attentes. La politique de rabais accordés sur les automobiles semble être arrivée à ses limites. Les observateurs se demandent désormais à quel rythme va tourner l'économie américaine, alors que la consommation a été son principal moteur depuis six mois. "Les opérateurs veulent des preuves plus probantes que l'avenir sera véritablement meilleur avant de prendre une nouvelle série d'engagements", fait d'ailleurs remarquer Paul Cherney dans l'analyse Marketscope de Standard and Poor's.En proie à ces mêmes doutes, Tokyo a de surcroît été affecté par des craintes d'actes terroristes, alors qu'un communiqué (attribué à Al Qaïda) a menacé le pays d'attentats à la voiture piégée. Le Nikkei a accusé le coup. En cédant 3,74% à la clôture (à 9.786,83 points), il est passé sous la barre des 10.000 points pour la première fois depuis le 15 août dernier.Reste que cette correction ne devrait pas remettre en cause la tendance de fond. "Il y a beaucoup de positions longues sur le marché et peu de vendeurs. On n'est pas dans une configuration véritablement baissière", souligne l'intervenant déjà cité.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.