MCI sur le point d'acquitter une lourde amende à la SEC

Faire un exemple: telle est l'intention de la SEC, qui est sur le point d'infliger une amende pour punir les irrégularités comptables commises par l'opérateur télécoms WorldCom, récemment rebaptisé MCI (lire ci-contre). Le montant de facture que la SEC devrait imposer à MCI lundi sera exemplaire, affirme la presse anglo-saxonne. Le Wall Street Journal évoque un montant "exponentiellement plus élevé", que celui acquitté par Xerox - 10 millions de dollars - qui constituait déjà un record historique. USA Today laissait entendre ce week-end que MCI s'était entendu avec la SEC pour lui verser 500 millions de dollars d'amende. Une chose est sûre: l'autorité de tutelle des marchés boursiers américains entend bien infliger une amende en rapport avec le montant des fraudes. Des sommes qui n'ont cessé de croître depuis la révélation des malversations l'an passé. Au total, le montant total des fraudes pourrait atteindre 11 milliards de dollars sur les trois derniers exercices. Les révélations concernant l'opérateur faites en juin dernier avaient également mis gravement en cause ses propres dirigeants, en particulier l'ancien directeur financier Scott Sullivan et l'ex-président Bernie Ebbers, tous deux poursuivis par la justice américaine. Ce dernier n'a d'ailleurs pas acquitté le premier versemement de 25 millions de dollars du remboursement des 400 millions de dollars, plus intérêts, empruntés à WorldCom, du temps de son règne. En défaut de paiement, Bernie Ebbers étudie avec la direction de l'opérateur des cessions d'actifs possibles pour rembourser la société. La firme a déjà cédé une activité de construction de yachts implantée à Savannah, en Georgie, pour environ 15 millions de dollars. Cette société avait été apportée en garantie par Ebbers pour obtenir ses prêts. MCI serait également sur le point de vendre le ranch de 65.000 hectares de l'ancien PDG situé en Colombie Britannique. Une opération évaluée entre 60 et 70 millions de dollars.Quatre autres anciens dirigeants, mis en cause dans l'enquête, collaborent actuellement avec la SEC pour aider la société à sortir de la protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites américaines, sous laquelle elle est placée depuis bientôt un an. Dans ce but, MCI a présenté début avril en plan d'assainissement financier selon lequel elle pourrait sortir de la faillite en septembre. Le plan, qui a reçu le soutien de 90% des créanciers, prévoit principalement de ramener la dette entre 3,5 et 4,5 milliards de dollars, contre 41 milliards.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.