Un entretien avec Olivier Bédat, président du directoire de 5 à Sec

 |  | 615 mots
Yves Sassi : Vous venez de reprendre la direction du groupe. Quels sont les objectifs que vous allez mettre en oeuvre ?Olivier Bédat : La mission qui est la nôtre, depuis l'entrée en fonction de la nouvelle équipe, est bien entendu de poursuive notre développement géographique, mais aussi de faire évoluer le concept. Plusieurs axes sont au programme, notamment pour renforcer l'image du réseau. Nous voulons repositionner 5 à Sec comme une enseigne spécialisée dans l'entretien des textiles, vêtements et ameublement. Le groupe s'est beaucoup développé sur le métier du nettoyage à sec, mais les besoins des consommateurs changent, notamment parce que les produits textiles ont, eux aussi, évolué. Pour apporter une réponse à ces évolutions, nous renforçons nos équipes de Recherche & Développement. Ceci, dans un souci de satisfaire nos clients. Pour vous donner un exemple des nouveaux services que nous souhaitons mettre en place, nous testons en ce moment un concept de service de "retouches". Il est en place dans certains points de vente au Portugal. Cela fonctionne très bien. Nous l'appelons... 5 à fil. Il faut maintenant tester sa faisabilité en France... C'est à l'étude. L'expérience me dit que c'est jouable. Nous travaillons beaucoup sur les services complémentaires que nous pourrions apporter dans nos points de vente. Vous savez, nous avons un rôle de franchiseur que nous nous devons de jouer. C'est primordial pour que nos franchisés continuent de développer eux aussi leur propre entreprise. Nous jouons ce rôle en cherchant de nouveaux produits, en faisant des tests pilotes... en un mot, en suivant la demande.5 à Sec est composé de succursales et de franchises. Sous quelle forme se fera votre politique de développement ?Nous avons la volonté affirmée de rester un réseau de franchise. Il est vrai que nous poursuivons un développement en succursales, mais la franchise reste un objectif. Mais nous sommes dans une activité qui nécessite une supervision technique permanente des points de vente, en particulier des machines. Ceci explique que nos succursales soient concentrées autour de Paris, Lyon et Rouen notamment, et les franchises dans le midi, le nord... Simplement pour des raisons de logistique.Quels sont vos objectifs de développement ?Je serais tenté de dire que nous poursuivons notre développement. En France, si nous avions un réseau aussi dense que ce que nous avons en Suisse, à population identique, nous aurions 3.000 points de vente. Ce qui nous laisse donc encore des perspectives importantes. A l'international, nous sommes déjà très implantés au Portugal, au Brésil, en Argentine et en Espagne et nous avons commencé à créer les premiers magasins en Pologne, Hongrie, Grèce, Luxembourg... D'autre part nous démarrons dans les pays du Golfe ainsi qu'au Mexique et en Indonésie. Nous sommes sur un secteur d'activité rentable, qui permet à des entrepreneurs de se lancer et de créer une véritable entreprise. Aujourd'hui, nous avons une équipe jeune qui se "défonce" pour une entreprise jeune. A notre dernière convention, il n'y avait que des jeunes, collaborateurs, entrepreneurs... Nous sommes animés par une véritable passion parce que notre métier est en pleine évolution. Pour terminer sur nos objectifs, non seulement nous sommes animés par une véritable passion, mais en plus, nous sommes animés par la volonté de mettre en place des fondamentaux, pour assurer un développement durable. Qui sont vos franchisés ?Les nouveaux franchisés sont des entrepreneurs qui travaillent dans leur point de vente et qui ont en général une expérience professionnelle dans le monde du service aux particuliers.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :