Bon départ du service de musique en ligne d'Apple

 |  | 435 mots
Apple veut être le premier à prouver que la musique sur Internet a de l'avenir. Lancé le 29 avril dernier, le service de musique en ligne du constructeur à la pomme a déjà vendu plus d'un million de morceaux. Ce qui constitue une performance "totalement inattendue", a affirmé Steve Jobs, le PDG de la société, dans un communiqué. La moitié des titres acquis par les internautes l'ont été sous forme d'albums, a précisé le constructeur afin de rassurer les maisons de disques qui craignent que l'achat en ligne chanson par chanson ne nuise aux ventes d'albums complets. Sur la même période, le logiciel de musique "iTunes" a été téléchargé à plus d'un million d'exemplaires, tandis qu'Apple a reçu 110.000 commandes d'iPod, son lecteur de MP3 nomade dont une version plus sophistiquée vient de sortir. Le service "iTunes Music Store" propose à l'internaute l'achat de 200.000 titres, à 99 cents la chanson ou 9,99 dollars l'album complet. De la musique issue des catalogues des cinq majors Universal, Sony Music Entertainment, Warner, BMG, EMI. Le nombre de titres disponibles devrait doubler cette année, alors qu'Apple s'apprête à signer des accords de distribution avec des éditeurs indépendants qui représentent 20% du marché de la musique. Pour l'instant, le service n'est disponible qu'aux Etats-Unis sur Macintosh. Mais il sera utilisable sur PC dans l'année, tandis que le transfert des chansons restera limité à l'iPod. En dépit de ces chiffres en apparence éloquents, il faut attendre le lancement du service sur PC pour juger de son succès réel. Même si le "Music Store" plaît globalement aux analystes, ces derniers soulignent que son impact dans les comptes ne sera sensible que lorsque l'ensemble des internautes y auront accès. En effet, sur les 99 cents payés par l'internaute, "entre 70 et 75% sont reversés aux labels", selon Merrill Lynch. Sur un million de titres vendus, Apple ne touche qu'entre 247.500 et 297.000 dollars de chiffre d'affaires. Il faut donc que le constructeur puisse avoir accès à la clientèle la plus large possible.Si Apple mise autant sur la musique en ligne, c'est que le groupe est contraint de se diversifier. Car, en dépit de son génie en matière de marketing, Steve Jobs, qui a créé la firme en 1979, n'a pas réussi à empêcher de creuser l'écart avec les machines fonctionnant sous Windows. Le design séduisant de ses ordinateurs n'a pu freiner la perte de parts de marché, passée de 9,4% il y a 10 ans à 3% aujourd'hui. Pour ne pas être complètement marginalisé, le groupe est donc contraint d'explorer de nouvelles voies.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :