Finmeccanica confirme vouloir sortir de STMicro

Finmeccanica va-t-il rapidement se retirer du capital de STMicroelectronics ? La question a été relancée après la publication lundi d'un entretien accordé par l'administrateur délégué du groupe italien au quotidien turinois La Stampa. Confirmant la volonté de Finmeccanica de se recentrer sur la défense et l'aéronautique, Roberto Testore a indiqué que son groupe devrait se séparer de ses filiales Ansaldo (fabricant de turbines à gaz) et Elsag (informatique).Mais le marché a cependant surtout retenu la confirmation que Finmeccanica regardait "avec une grande attention", pour reprendre les mots de Roberto Testore, la cession de sa participation dans STMicroelectronics. Actuellement, cette participation représente 18,3% du capital du fabricant de semi-conducteurs, ce qui fait de Finmeccanica son premier actionnaire, devant le conglomérat nucléaire français Areva (11% du capital). Pour le moment, aucune information supplémentaire n'a filtré. Il est impossible de savoir si Finmeccanica entend vendre ses parts sur le marché ou à un autre groupe. Devant cette incertitude, le titre ST a perdu 4,72% lundi à 17,96 euros, soit plus que le CAC. Les fruits de la vente de cette participation devraient permettre au groupe italien de renforcer ses positions sur ses métiers stratégiques. Déjà, Finmeccanica a confirmé ce matin être intéressé par les 17% d'Eutelsat aujourd'hui détenus par BT Group. Le groupe a par ailleurs laissé entendre qu'il était sur le point de conclure le rachat de la part de Fiat Avio dans cette même société. Le titre Finmeccanica a également reculé lundi de 2,59% à 0,52 euro.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.