Air France confirme la baisse de ses bénéfices annuels

 |   |  399  mots
La guerre en Irak et la pneumonie atypique n'ont pas épargné Air France. C'est ce qu'a confirmé la compagnie aérienne française en publiant ses résultats annuels pour l'exercice 2002-2003 (clos le 31 mars). En mars dernier, Air France disait qu'elle ne pourrait plus tenir son objectif d'amélioration du résultat d'exploitation. De fait, la compagnie a terminé son année fiscale sur un bénéfice d'exploitation en baisse de 18,2% à 192 millions d'euros. Et encore, dans un communiqué, Air France précise que les résultats ont été calculés selon de nouvelles normes comptables, qui ont eu un impact positif de 20 millions d'euros sur le résultat d'exploitation. En compte pro forma, le résultat d'exploitation est donc de 172 millions d'euros. Le chiffre reste quand même légèrement supérieur aux prévisions des analystes interrogés par Reuters qui, assez pessimistes, attendaient en moyenne 156 millions d'euros. Avant cessions aéronautiques, le bénéfice d'exploitation ressort en baisse de 3,2% à 162 millions d'euros. Le chiffre d'affaires, attendu en légère hausse par les analystes, a quand même progressé de 1,3% à 12,7 milliards d'euros. Quant au résultat net, il ressort à 120 millions d'euros, contre 153 millions d'euros sur l'exercice précédent. Là aussi, les nouvelles normes comptables ont eu un impact positif, de 13 millions d'euros: le bénéfice net pro forma accuse donc une baisse de 30%. Le groupe a d'ailleurs passé une provision de 59 millions d'euros dans ses comptes en raison de l'arrêt des vols du Concorde. Pour l'exercice entamé le 1er avril, Jean-Cyril Spinetta, le PDG de la compagnie se veut un peu plus positif, sans nier une conjoncture difficile. "Depuis plusieurs semaines, une reprise des réservations peut être observée sur l'ensemble des réseaux desservis par le groupe à l'exception de l'Asie", a-t-il déclaré. Pourtant, les prévisions de l'exercice restent sans grande ambition. Tout juste le groupe espère-t-il un "résultat d'exploitation hors cessions aéronautiques légèrement positif, si cette tendance se maintient", a-t-il également déclaré. Concernant l'ouverture du capital du groupe, Air France s'est dit prêt mettre en oeuvre l'opération dès le début du mois de septembre. "C'est l'actionnaire (l'Etat, ndlr) qui en décidera et il a indiqué à diverses reprises qu'il tiendrait compte des conditions de marché", a précisé le directeur exécutif, M. Gourgeon, devant les journalistes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :