Dans le vert, in extremis

Brutale accélération haussière, en toute fin de séance, à la Bourse de Paris. L'indice CAC 40, qui évoluait dans la zone des 2.840-2.850 points depuis l'ouverture de Wall Street, a rattrapé tout son retard en toute fin de séance, terminant finalement sur une légère progression de 0,14 % à 2.881,20 points. Un mouvement d'autant plus surprenant que pendant ce temps, les autres places européennes et américaines sont restées moroses, sous le coup du discours prudent d'Alan Greenspan. A Londres, le Footsie clôture en baisse de 0,89 % à 3.936,4 points, tandis qu'à Francfort, le Dax est en baisse de 1,26 % à 2.803,30 points. A New York, le Dow Jones, hésitant depuis le début de la séance, cède 0,44 % et le Nasdaq recule de 0,69 %, au moment où Paris clôture. Sur le marché des changes, le dollar n'est guère vaillant face à l'euro, autour des 1,17.Il faut dire, à la décharge des investisseurs américains, qu'Alan Greenspan, le président de la Réserve Fédérale, n'a guère été encourageant, rappelant que beaucoup d'incertitudes demeurent sur la reprise économique et que si un rebond n'est "pas déraisonnable, son ampleur et son calendrier sont pour le moment difficiles à évaluer". Le patron de la Fed a également évoqué la désinflation, le sujet aujourd'hui au centre des préoccupations des investisseurs, en reconnaissant que "les risques d'une baisse importante et non souhaitée de l'inflation sont aujourd'hui plus importants que ceux d'une reprise de l'inflation". Du côté des valeurs, la spéculation a porté Vivendi Universal pendant toute la séance. Le titre affiche la plus forte progression du CAC, +5,76 % à 14,70 euros, dans un volume étoffé de plus de 13 millions de titres. Le groupe de communication a confirmé qu'Edgar Bronfman Jr., qui a vendu Universal à Vivendi en 2000 pour 30 milliards de dollars, souhaite reprendre son ancien groupe, y compris Universal Music. Selon le Wall Street Journal, qui a révélé l'information, il aurait plusieurs investisseurs à ses côtés, dont le câblo-opérateur Cablevision. Le New York Times évoque également l'appui de plusieurs fonds d'investissement dont KKR, Providence Equity Partners ou Blackstone.Pour éviter tout conflit d'intérêt, Vivendi Universal a suspendu le contrat de travail d'Edgar Bronfman Jr. qui ne participera donc plus aux comités et conseils du groupe.Premier actionnaire de Vivendi Universal, avec près de 8 % du capital, Edgar Bronfman Jr. s'ajoute ainsi à la liste des candidats à la reprise des activités américaines du groupe de médias. Selon Reuters, les négociations pourraient être conclues d'ici cet été.Lafarge a perdu 5,82 % à 54,25 euros, plus forte baisse du CAC. La direction du groupe a indiqué hier, lors de l'assemblée générale, qu'elle prévoyait un résultat d'exploitation stable cette année, hors effet de change. Bernard Kasriel, directeur général du cimentier et dauphin désigné de Bertrand Collomb à la présidence, a confirmé l'objectif de réduction d'un milliard de la dette cette année. Merrill Lynch n'est plus acheteur de la valeur. CAI Cheuvreux se dit également déçu par les prévisions de Lafarge et reste à sous-performance.Axa accuse logiquement le coup de la baisse des marchés financiers. Le titre décroche de 3,80 % à 11,91 euros. Les AGF s'en sortent mieux, limitant leur baisse à 1,37 % à 30,30 euros.Après plusieurs semaines de retard, Altran Technologies a dévoilé hier soir ses résultats annuels 2002. La perte nette culmine à 109,3 millions, dont 32,7 millions pour corrections d'erreurs sur les comptes passés. En revanche, le résultat d'exploitation est légèrement meilleur que prévu. Le groupe de conseil en hautes technologies ne fournit pas de prévisions pour l'exercice 2003. Le titre bondit de 20,20 % à 5,89 euros. Oddo et SG Securities notent le très bon niveau du chiffre d'affaires pour le premier trimestre 2003 à 352,9 millions d'euros.Bien orientées à l'ouverture, les valeurs technologiques ont finalement piqué du nez. Cap Gemini cède 3,57 % à 27 euros. Alcatel plie de 3,74 % à 6,69 euros. Hier, Hewlett-Packard a publié des résultats meilleurs que prévu pour le deuxième trimestre de l'exercice. Le bénéfice net atteint 877 millions hors charges exceptionnelles. Mais le fabricant d'ordinateurs reste mesuré pour la suite de l'exercice. "Je ne vois rien à court terme qui puisse servir de catalyseur aux dépenses en technologies de l'information", a prévenu Carly Fiorina, la présidente de Hewlett-Packard. STMicroelectronics lâche 1,47 % à 17,45 euros. Le néerlandais Philips indique que la baisse du dollar pèse sur ses revenus mais confirme ses prévisions annuelles, notamment celle de retour aux profits pour sa division de semi-conducteurs.Eramet avance de 1,46 % à 22,28 euros. A l'occasion de son assemblée générale, la direction du groupe a confirmé ses prévisions de résultats pour le premier semestre, mais a reconnu que les incertitudes sont importantes pour la deuxième partie de l'exercice.SR Téléperformance chute de 6,17 % à 11,26 euros. Le groupe de marketing s'attend à une stagnation de son chiffre d'affaires et de son résultat net courant avant survaleurs au premier semestre de l'exercice 2003. La société indique également que le changement de législation aux Etats-Unis concernant le télémarketing contribue à réduire la visibilité. Sanctions des sociétés de Bourse: Aurel Leven passe à la vente et CAI Cheuvreux de sur à sous-performance.Hermès perd 4,74 % à 124,50 euros. CAI Cheuvreux a dégradé le titre à sous-performance et l'a retiré de sa liste de valeurs préférées.Dexia publie ses résultats pour le premier trimestre 2003 après la clôture. Jusqu'ici, les performances trimestrielles des grandes banque françaises ont été mitigées. Les analystes attendent une baisse de l'ordre de 20 % du bénéfice net de l'établissement spécialisé dans le financement des collectivités locales. Le titre plie de 1,92 % à 10,75 euros. Dans le secteur, Credit Suisse First Boston a abaissé sa recommandation de "surperformance" à "neutre" sur Société Générale (- 0,10 % à 50,20 euros) et BNP Paribas (+0,47 % à 40,94 euros). Le Crédit Lyonnais cède 1,60 % à 55,50 euros. Le titre sera retiré de l'indice CAC 40 à l'issue de la séance d'aujourd'hui en raison de l'offre d'achat du Crédit Agricole (+0,74 % à 16,34 euros).Christine Cousseau Copyright Invest

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.