mmO2 va déprécier ses investissements dans l'UMTS

Ce n'est qu'un énième coup porté à l'UMTS. L'ancienne filiale de BT Group devrait annoncer, lors de la publication de ses résultats mercredi, de fortes provisions liées à ses investissements dans l'UMTS, selon le Financial Times. Le montant des dépréciations devrait atteindre 4 milliards de livres, soit 5,6 milliards d'euros, et couvrir le prix d'achat des licences achetées au plus fort de la bulle des télécommunications. Le quotidien ne dit pas quelle licence et quel investissement seront provisionnés. Toujours est-il que l'opérateur n'a pas regardé à la dépense dans l'UMTS. Il a notamment mis la main, il y a trois ans, sur Viag Interkom en Allemagne, un investissement qui lui a coûté au total environ 9 milliards d'euros. Sans compter le prix d'achat d'une licence allemande, d'environ 8 milliards d'euros, payé par cette nouvelle filiale pour entrer dans la téléphonie mobile du futur. La même année, il a également déboursé 6,9 milliards d'euros pour acquérir une licence anglaise. Dernièrement, il a annoncé qu'il reportait le lancement de la 3G au Royaume Uni à 2004. Pour le moment, le montant total des licences UMTS inscrites au bilan de l'opérateur atteint environ 10 milliards de livres.En tout cas, les provisions viendront s'ajouter aux 1,4 milliard de livres déjà annoncées pour couvrir son investissement dans la 3G aux Pays-Bas. mmO2 a annoncé en avril la cession pure et simple de cette filiale, endettée à hauteur de 150 millions d'euros, pour la modique somme de 25 millions d'euros et ce après avoir investi plus d'un milliard de livres dans l'aventure néerlandaise.mmo2 vient donc rejoindre le club des opérateurs qui ont commencé à nettoyer leurs comptes. Premier groupe à avoir sonné le coup d'envoi: Telefonica. La filiale espagnole a gelé ses opérations dans la téléphonie mobile de troisième génération en Autriche, en Suisse, en Italie et en Allemagne en juillet dernier. Une décision qui a pesé pas moins de 12 milliards d'euros sur l'ensemble de l'exercice 2002. Autre opérateur à avoir mis un coup de frein à ses investissements étrangers au même moment: Sonera, notamment présent en Allemagne. En août dernier, le néerlandais KPN leur a emboîté le pas en passant ses comptes à la paille de fer. L'opérateur a passé pas moins de 9 milliards d'euros de provisions, pour couvrir ses investissements en Allemagne, où il possède E-Plus et en Belgique, où il détient Basse. Il a également provisionné à hauteur de 1,2 milliard d'euros les 15% qu'il possède dans Hutchison 3G, filiale européenne du groupe hongkongais Hutchison Whampoa.A Londres, le titre mm02 perd 5,08% en fin d'après-midi à 56 pence.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.