Snecma pourrait ouvrir son capital dès le 4 juin

 |  | 347 mots
Lecture 2 min.
L'ouverture du capital de Snecma se précise. Le PDG du motoriste et équipementier aéronautique public français, Jean-Paul Béchat, a jugé "crédibles" les informations du quotidien L'Agefi daté du 25 mai, faisant état d'un lancement le 4 juin de l'ouverture du capital du groupe. "Les dates citées par l'Agefi ont une crédibilité", a déclaré Jean-Paul Béchat lors d'une rencontre organisée par l'Association des journalistes professionnels de l'aéronautique et de l'espace (AJPAE), ajoutant que "c'est celui qui vend qui décide". Le capital de la Snecma compte aujourd'hui près de 270 millions d'actions. 100 millions d'actions doivent être mises sur le marché, à un prix d'introduction compris entre 15 et 20 euros.Le ministre de l'Economie et des Finances Nicolas Sarkozy avait annoncé le 4 mai que le gouvernement allait vendre 35% du capital de Snecma, dont il détient actuellement 97,2%, avant le 30 juin, pour un produit de 1,6 milliard à 2 milliards d'euros. Interrogé sur la durée de la période de souscription, M. Béchat a indiqué que dans ce type d'opération, elle était en général ouverte pour deux semaines, "des fois un peu plus". La période dite de "black-out" en vue de l'introduction en Bourse de Snecma a débuté lundi 24 mai au soir. Durant cette phase, les analystes sont "sensibilisés" aux données financières de l'entreprise, en échange d'une confidentialité absolue. C'est l'ultime étape avant le lancement des opérations de mise sur le marché d'une partie du capital.Sur le plan stratégique, Jean-Paul Béchat n'a ni confirmé, ni démenti l'entrée, à terme, de l'américain General Electric dans le capital de l'entreprise publique française. Il a simplement indiqué qu'une telle transaction ne se ferait pas lors de la première mise sur le marché. Le PDG de Snecma en a profité pour étendre au motoriste allemand MTU l'invitation déjà formulée à l'adresse de l'italien Avio pour un éventuel rapprochement.Le Premier ministre français a indiqué le 7 mai dernier qu'il souhaitait à la fois privatiser progressivement l'entreprise et constituer autour d'elle une alliance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :