Forte mobilisation syndicale à EDF-GDF

 |  | 345 mots
Lecture 2 min.
Il y a de l'électricité dans l'air. Les syndicats d'EDF-GDF ont organisé ce jeudi à Paris une manifestation nationale. Selon la CGT, au moins 80.000 électriciens et gaziers ont manifesté pour dénoncer le changement de statut à EDF-GDF, avec le renfort de syndicats de la SNCF, mais aussi de Snecma et d'Aéroports de Paris, deux entreprises dont le capital doit être ouvert prochainement. Des délestages et coupures de courant ciblées étaient également prévus, sur fond d'appels à la grève de toutes les organisations syndicales, exceptée la CFE-CGC. Une baisse de production de 10.000 mégawatts a d'ailleurs été enregistrée dans la nuit de mercredi à jeudi, forçant EDF a interrompre la livraison de courant à l'étranger et notamment en direction de l'Italie. Des coupures de l'éclairage public ont été en outre enregistrées dans plusieurs villes de la région PACA comme Marseille, Aix-en-Provence, Gardanne et Manosque, selon la CGT. C'est le 15 juin que le débat sur le projet de loi "relatif au service public de l'électricité et du gaz et aux entreprises électriques et gazières" doit avoir lieu à l'Assemblée nationale. Les déclarations de Jacques Chirac, du Premier ministre et du ministre de l'Economie Nicolas Sarkozy martelant qu' "EDF et GDF ne seront pas privatisés" n'ont guère convaincu dans les entreprises. Et les quatre fédérations syndicales de l'Energie ont d'ailleurs appelé jeudi à une nouvelle grève nationale de 24 heures à EDF et Gaz de France le 15 juin. Les personnels d'EDF-GDF, promis au statut de sociétés anonymes conformément à un projet de loi débattu à l'Assemblée à partir de la mi-juin, s'opposent depuis des mois au changement de statut de leurs entreprises publiques, porte ouverte, selon eux, à la privatisation et synonyme à leurs yeux de hausses de tarifs et de menaces pour l'emploi et l'indépendance énergétique. Au Sénat, le Premier ministre a déclaré jeudi que l'Etat allait donner à EDF des "moyens financiers nouveaux" pour développer son parc nucléaire, et ce afin de garantir un "avenir" à l'entreprise.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :