Endesa devient le premier actionnaire de la Snet

 |  | 328 mots
Lecture 2 min.
Le profil de l'actionnariat de la Snet (Société nationale d'électricité et de thermique) se précise. Comme attendu (lire ci-contre), le conseil d'admnistration de Charbonnages de France (CdF) a approuvé le projet de cession de 35% du capital de la Snet à Endesa. L'opérateur électrique espagnol Endesa, qui détenait déjà une participation de 30%, devient ainsi l'actionnaire majoritaire de la Snet avec 65% du capital. Le communiqué de Charbonnages de France n'évoque pas de montant pour cette opération. S'il y a trois ans le groupe espagnol avait accepté de verser 450 millions d'euros pour prendre 30% de la Snet, il semble qu'il devrait mettre une somme bien moins importante pour monter dans le capital. En effet, le chiffre le plus souvent avancé tournait autour de 150 millions d'euros.Avant la transaction annoncée aujourd'hui, le capital de la Snet était jusqu'à présent réparti entre Charbonnages de France (51,25%), Endesa (30%) et EDF (18,75%). Il reste donc à déterminer ce qu'il va advenir de la part d'EDF et du solde du capital encore aux mains de Charbonnages de France. Dans un communiqué, ce dernier indique que les négociations exclusives engagées avec GDF pour acquérir ces 35% du capital se poursuivent. En fait, le scénario bien huilé selon lequel GDF s'invitait à la table de la Snet - malgré les réticences d'EDF qui aurait préféré vendre sa part à l'italieen Enel - connaît quelques ratés.En vertu du principe de spécialité, qui caractérise depuis plus de cinquante ans ses missions d'opérateur gazier, GDF se trouve dans l'impossibilité théorique d'intervenir sur le marché de l'électricité. L'Agence des participations de l'Etat (APE), à qui revient la responsabilité d'autoriser ou non la cession des titres Snet, voit d'un mauvais oeil son entrée à hauteur de 35% dans la société. Si elle respectait à la lettre la réglementation, elle pourrait interdire l'opération jusqu'au changement de statut de GDF, prévu pour l'été prochain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :