Wall Street se prépare pour le 30 juin

 |   |  396  mots
Il est des dates que les opérateurs à Wall Street retiennent particulièrement, comme celles qui correspondent par exemple à l'heure des deux, voire des trois sorcières, quand arrivent à échéance diverses transactions qu'il faut dénouer. Depuis quelques jours, c'est le 30 juin qui obsède la Bourse de New York. Cette date correspond en effet à deux événements qui pourraient dicter la tendance. Et pour un certain temps. Certes, les opérateurs s'attendent, et depuis déjà plusieurs semaines, à un mouvement de la part de la Réserve Fédérale, qui se réunit ce jour là. Au vu des derniers chiffres sur l'inflation, la banque centrale américaine pourrait en effet relever ses taux, et ce, pour la première fois depuis plus de quatre ans. Le fera-t-elle d'un quart de point ou d'un demi point, telle est la question. En tout cas, les opérateurs pressentent l'inauguration d'un nouveau cycle, qui devrait, si l'on en croit les expériences passées, durer quelque 18 mois. 18 mois de hausses progressives, qui pourraient peser sur la Bourse. Mais si le scénario de hausse des taux est connu, celui de la transition en Irak pourrait réserver des surprises. Mauvaises, en l'occurrence. Le 30 juin marque en effet la date de la passation de pouvoir des forces d'occupation à un gouvernement irakien intérimaire, lançant par là même le calendrier pour des élections au parlement puis des élections présidentielles, qui devraient avoir lieu en 2005. Compte tenu des événements récents, le pire est à craindre... L'Irak sombrera-t-il dans l'anarchie, comme certains le prédisent ? Les attentats contre les forces coalisées seront-ils encore plus dévastateurs que ceux de ces derniers temps ? L'opinion publique américaine, qui commence déjà à se lasser sérieusement de cet enlisement sur le terrain, perdra-t-elle confiance, non seulement dans la politique menée par l'Administration actuelle mais aussi dans l'économie, en raison, notamment, des déficits entraînés par cette guerre ? Les entreprises, enfin, souffriront-elles à leur tour du manque de confiance des consommateurs ? Autant de questions qui restent pour l'instant sans réponse, mais qui pourraient, là aussi, dicter la tendance à Wall Street pour les semaines et les mois à venir. Car comme pour les élections présidentielles, les experts sont unanimes : ce sont aussi les événements - imprévisibles - qui compteront pour la Bourse.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :