Toujours pas de reprise pour le travail temporaire

Dans le secteur du travail temporaire, le mot "reprise" se fait de plus en plus rare... Alors que le syndicat des entreprises du secteur (le Sett) vient de publier son compte rendu officiel pour l'année 2003, il considère désormais comme certain que l'année 2004 ne sera pas celle du retour à la croissance, contrairement à ce qu'espéraient depuis longtemps les sociétés du secteur."Pour la troisième année consécutive, l'emploi intérimaire a enregistré en 2003 une baisse de 2,7%, qui fait suite à une baisse de 5,4% en 2002 et de 0,3% en 2001", indique le Sett dans un communiqué laconique. Cette évolution illustre en 2003 la baisse du secteur tertiaire de 7,8% d'une année sur l'autre, et la croissance du BTP de 3,7%. Surtout, les perspectives 2004 laissent peu de place à l'euphorie, tant des professionnels, que des marchés boursiers. En effet, le Sett affirme que pour les cinq premiers mois de 2004, les entreprises françaises du secteur constatent un baisse de 1,3% par rapport au cinq premiers mois de l'année précédente.Ainsi, en mai 2004, selon le Sett, le nombre d'intérimaires en mission a enregistré un recul de 0,6% par rapport au même mois de l'année précédente."La tendance est tout à fait similaire à ce que nous avions observé au début de l'année 2003", confirme Yvon Drouet, le directeur financier du groupe Synergie, coté au Second marché. En somme, 2004 se présente comme une année stable... donc décevante. Car tous les professionnels du secteur n'ont eu de cesse de prévoir la reprise pour cette année. Une méthode Coué qui ne fait plus recette: "cela fait trois ans qu'on attend la reprise", confie-t-on, désabusé, chez Manpower en France. La filiale du groupe américain, qui représente 30% du chiffre d'affaires global de la société, devient de plus en plus prudente face aux perspectives du marché sur l'Hexagone, alors qu'elle affichait auparavant sa confiance. En Bourse, si ces nouvelles ne font pas plonger violemment les titres, elles contribuent à infliger une pression sur les cours. Ainsi, Manpower a terminé la séance d'hier à New York, en légère hausse de 0,02%, 49 dollars. Et malgré les nouvelles estimations de croissance de 2,3% pour 2004, publiées par l'Insee, le marché semble rester sceptique quant à des perspectives d'amélioration significative et rapide pour le secteur. Ainsi, le titre du groupe suisse Adecco est resté stable aujourd'hui, avec une progression de 0,63% à 63,95 francs suisses à la clôture.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.