Le gouvernement se mobilise sur le risque de pandémie aviaire

 |   |  233  mots
Les ministres se sont réunis ce matin à Matignon pour faire le point sur l'épidémie aviaire. Hier, la Commission européenne a annoncé que le virus qui avait été détecté en Turquie était bien le H5N1, responsable de la mort d'une soixantaine de personnes en Asie depuis fin 2003. Les résultats d'analyses sur des oiseaux morts trouvés en Roumanie sont encore attendus demain. Pour l'heure, l'Organisation mondiale de la santé maintient son niveau d'alerte épidémiologique en phase 3, qui signale qu'"un nouveau virus provoque des infections mais ne se transmet pas facilement d'une personne à l'autre".Les ministres doivent avant tout se pencher sur les stocks de Tamiflu, l'anti-viral des laboratoires Roche (voir ci-contre). Des ruptures de stock ont été constatées chez de nombreux grossistes français et les autorités sanitaires craignent une panique. A ce jour, l'Hexagone dispose de 5 millions de traitements anti-viraux et devrait en avoir 13,8 millions à la fin de l'année, une partie en gélules et une partie en vrac stockée dans les pharmacies des armées. La France compte également demander le renforcement au niveau européen de la surveillance des oiseaux migrateurs et la protection des élevages. Une requête qui pourra être formulée mardi prochain à Luxembourg, où les ministres des Affaires étrangères de l'Union Européenne doivent se réunir pour discuter du risque pandémique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :