L'économie britannique toujours au ralenti

 |   |  330  mots
En ligne avec les attentes des économistes, la croissance britannique a gagné 0,4% au troisième trimestre 2005, soit 1,6% en glissement annuel. De cette première estimation publiée vendredi par l'Office des statistiques nationales (ONS) ressort surtout une poursuite du déclin de la production industrielle, de 0,6%. La hausse de 0,4% de la production manufacturière a été plus qu'effacée par une chute de 6,8% de la production des mines et carrières, qui inclut l'extraction pétrolière, et un recul de 1,8% de la production d'électricité, gaz et eau. Cette mauvaise performance de l'industrie a été tout juste compensée par la progression continue de 0,6% du secteur des services. L'ensemble distribution, hôtels et restaurants a augmenté de 0,2%, le secteur des transports et communications de 0,5%, celui des services aux entreprises et financiers de 0,7%, les services publics de 0,7%, tandis que la construction a gagné 0,5%. "Les secteurs financiers et de services publics portent la croissance; voilà qui en dit davantage sur la politique économique britannique et la bonne tenue des marchés financiers mondiaux que sur la santé économique de la Grande-Bretagne", souligne Daragh Maher, économiste chez Calyon.C'est le cinquième trimestre consécutif de croissance trimestrielle en dessous de son potentiel de long terme, estimé à 0,6% par trimestre. Un constat qui conduira probablement le ministre britannique des Finances, Gordon Brown, a réviser très fortement à la baisse sa prévision initiale pour l'année, fixée entre 3 et 3,5%. L'OCDE a estimé la semaine dernière que la croissance britannique serait de 1,7% cette année."La croissance britannique devrait enregistrer cette année sa plus mauvaise performance depuis sa sortie de récession en 1992 avec une hausse du PIB de 1,7% en moyenne sur l'année. Mais outre la reprise progressive de la consommation, la croissance devrait trouver dans l'investissement et les exportations des relais importants: la croissance retrouvera alors son lustre des années passées avec une hausse de 2,5% l'an prochain", estime néanmoins Renaud Chateauvieux, chez Natexis Banques Populaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :