Les activités de services américaines mises à mal par les ouragans

 |  | 274 mots
Lecture 1 min.
Les activités de service sont-elles plus vulnérables aux cyclones que l'industrie? C'est la question que l'on peut se poser après la publication à deux jours d'intervalle d'indices ISM très contrastés pour l'industrie et les services.Déjouant les sombres pronostics des économistes, l'indice ISM manufacturier s'était affiché en début de semaine en forte hausse à 59,4 pour le mois de septembre contre 53,6 en août, profitant déjà des prémices de la reconstruction. A l'inverse, l'indice ISM des services publié cet après-midi a très fortement reculé à 53,3 en septembre contre 65 le mois précédent, alors qu'il était attendu à 60. Dans le détail, l'indice mesurant les nouvelles commandes a reculé à 56,6 en septembre contre 65,8 en août, et celui de l'emploi a baissé à 54,9 contre 59,6 le mois précédent.Un niveau supérieur à 50 indique néanmoins une progression de l'activité. De sorte que l'effet immédiat des ouragans n'a pas créé d'embardée dans l'évolution du secteur non industriel, en constante progression depuis 30 mois. L'indice est cependant tombé à son plus bas niveau depuis avril 2003.Seul dénominateur commun aux deux indices, la hausse des prix enregistrée s'est révélée aussi inquiétante que prévu. "Ce qui rend plus probable encore la menace d'un durcissement de la politique monétaire de la Réserve Fédérale; les taux directeurs devraient être relevés à 4,25% d'ici la fin de l'année et à 4,5% dans les six prochains mois", indique Marie-Pierre Ripert, chez Ixis-CIB. Dans le sillage des cours du pétrole, l'indice des prix s'est envolé de 67,1 à 81,4, un plus haut depuis la création de l'indicateur en 1997.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :