Les marchés pétroliers s'emballent de part et d'autre de l'Atlantique

 |   |  337  mots
Trois nouveaux records coup sur coup. Après avoir franchi un palier ce matin à Singapour, le cours du baril de brut bat de nouveaux records à Londres et à New York.En Asie, le cours du light sweet crude pour livraison en septembre a atteint 62,69 dollars ce matin, dépassant un ancien record de séance à 62,50 dollars. Mais cette fièvre de l'or noir ne s'est pas apaisée cet après-midi, les marchés pétroliers continuant de s'emballer de part et d'autre de l'Atlantique.Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le cours du baril de brut de référence a atteint 63,75 dollars, franchissant l'ancien palier sommet de 63 dollars touché en début de séance. A Londres, le cours du pétrole Brent, de la mer du Nord à Londres, a dépassé le seuil de 62 dollars le baril pour la première fois de son histoire pour atteindre 62,30 dollars.A l'origine de cette cascade de records, les inquiétudes multiples des marchés portent sur les craintes de difficultés d'approvisionnements en carburants, approvisionnements en difficultés après le retard pris dans le redémarrage de la raffinerie américaine d'ExxonMobil à Joliet dans l'Illinois. Cette raffinerie, d'une capacité de 245.000 barils par jour, est hors service depuis une semaine en raison de problèmes techniques. Déjà la semaine dernière, des incidents dans plusieurs raffineries américaines avaient déjà provoqué l'inquiétude des marchés concernant les approvisionnements. Des difficultés qui tombent bien mal alors que l'été, période de grande consommation d'essence, n'est pas fini et que les raffineries doivent déjà commencer à reconstituer leurs stocks de fioul de chauffage avant l'hiver.Autre élément déstabilisateur, les craintes sur la sécurité au Moyen-Orient, après la fermeture de l'ambassade américaine en Arabie Saoudite. "L'après-roi Fahd" est toujours appréhendé avec circonspection par les opérateurs. Quant à la reprise par l'Iran de son programme nucléaire civil, elle est également de nature à inquiéter les marchés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :