Bertelsmann se veut optimiste pour la deuxième moitié de l'année

2 mn

Bertelsmann est prêt à relever le défi de la croissance. Gunter Thielen, président du groupe allemand de médias, l'affirme, "Bertelsmann avec ses prises de position stratégiques a jeté au premier semestre les bases de sa croissance future et renforcé ses positions sur les segments importants". En effet, le géant allemand des médias n'a pas réalisé d'exploits au cours du premier semestre de l'exercice 2005, mais les projets engagés récemment devraient être consolidés au cours de la deuxième moitié de l'exercice.Ainsi, le chiffre d'affaires du groupe est passé de 8,1 milliards d'euros à 8 milliards au cours des six premiers mois de l'année. Toutes les activités du groupe accusent une faiblesse de leur chiffre d'affaires, notamment à cause des chantiers engagés depuis un an. En effet, le groupe n'a de cesse de se restructurer, soit par des acquisitions (achat de Motor-Presse Stuttgart par Gruner + Jahr) ou encore avec la mise en place d'une joint venture entre Axel Springer, Arvato et Gruner + Jahr.En revanche, le résultat d'exploitation du groupe a augmenté de 8,1% à 644 millions d'euros au premier semestre. Pratiquement toutes les activités ont contribué positivement et plus spécifiquement l'éditeur Random House (48 millions d'euros), le groupe de magazines Gruner + Jahr (126 millions d'euros) et la branche de services aux médias Arvato (100 millions d'euros).Mais la principale activité du groupe reste RTL Group qui n'a pas fait d'éclats ce semestre. Ainsi la France (Groupe M6), l'Espagne (Antena 3) et la Grande-Bretagne (Five) n'ont pas réussi à compenser les effets des conditions de marché difficiles en Allemagne. Le résultat d'exploitation de la branche a atteint 371 millions d'euros contre 373 millions un an plus tôt.Au final, le géant des médias allemand a réalisé un bénéfice net de 349 millions d'euros en forte baisse par rapport aux 550 millions réalisés un an plus tôt. Le groupe explique d'ailleurs la baisse de ces résultats par la réalisation de fortes plus-values de cessions immobilières au cours du premier semestre 2004. Par ailleurs, le résultat exceptionnel au cours du premier semestre 2005 a eu un impact négatif de 80 millions d'euros lié aux restructurations de la filiale de musique BMG et de Direct Group.Sur l'année, le groupe reste optimiste, notamment sur la consolidation en deuxième partie d'exercice, et prévoit une augmentation de son bénéfice, sans pour autant donner de prévisions chiffrées.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.