General Motors ralentit moins qu'attendu

 |  | 575 mots
Lecture 3 min.
La fin d'année a été moins difficile que prévu pour General Motors. Certes, le groupe a vu ses résultats se tasser de 32% entre octobre et décembre. Mais la chute a été moins lourde qu'attendu. A 1,01 dollar par action, le bénéfice net (de 569 millions de dollars au total) est un peu meilleur que les 92 cents visés par le consensus Reuters.Malgré les lourdes pertes de sa filiale automobile européenne au quatrième trimestre (345 millions de dollars contre 66 millions un an plus tôt), GM a donc pu terminer 2004 dans les clous, c'est-à-dire avec un résultat conforme à l'objectif (révisé) qu'il s'était fixé un peu plus tôt. Alors que le bénéfice total est passé de 3,8 milliards de dollars à 3,7 milliards, le résultat hors exceptionnel a gagné quelque 12,5% à 3,6 milliards de dollars. A 6,40 dollar par action, il est même dans le haut de la fourchette d'estimation de GM (de 6 à 6,50 dollars). Autre satisfaction pour le constructeur, son chiffre d'affaires 2004 a atteint le chiffre record de 193 milliards de dollars (+4,5%).L'automobile a une nouvelle fois connu des performances contrastées débouchant sur un résultat en hausse de 12% à 1,2 milliard de dollars. Cette progression traduit avant tout les progrès effectués en Amérique latine, en Afrique et au Moyen-Orient, ainsi qu'en Amérique du Nord où, malgré une chute de ses parts de marché, GM a pu améliorer ses résultats. En revanche, l'Europe est restée son boulet, avec des pertes de 742 millions de dollars en 2004 (multipliées par 2,6 en un an). GM reste tout de même confiant, rappelant qu'il est parvenu à un accord en décembre avec les syndicats en vue de réduire ses coûts sur le Vieux continent.Au-delà de la seule Europe, GM prend d'ailleurs soin de préciser (certainement à l'attention de ceux qui voient essentiellement en lui un établissement financier) que l'automobile reste une priorité au sein du groupe. "Nous croyons fermement que l'automobile est une activité de croissance et nous avons l'intention de participer pleinement à cette croissance avec de nombreuses nouveautés, références dans leur gamme", a souligné Rick Wagoner, patron du constructeur.Il n'empêche qu'en dépit du plan de restructuration qui devrait la toucher (voir ci-contre), c'est bien une nouvelle fois la branche financière de GM qui a été son moteur. Le léger ralentissement du quatrième trimestre n'a guère empêché GMAC de publier un résultat record de 2,9 milliards de dollars (contre 2,8 milliards un an plus tôt). Ce que ne manque d'ailleurs pas de saluer Rick Wagoner pour qui "GMAC a accompli un impressionnant travail de transformation, passant d'une division de financements automobiles à un groupe de services financiers étendus, qui s'est attaché à dégager des résultats durables". L'an passé, le succès rencontré dans les financements et l'assurance a en tout cas permis de compenser la baisse des résultats (dans un marché en repli) de l'activité de prêts hypothécaires.Même si les perspectives pour 2005 sont moins engageantes (la prévision de bénéfice par action se situe entre 4 et 5 dollars hors exceptionnels), le marché semble se satisfaire de l'ensemble de ces chiffres. Le titre est pratiquement stable deux heures après l'ouverture. Il faut dire que les projections étant connues depuis quelques jours, le titre a déjà corrigé de plus de 8% sur le début d'année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :