Baisse sensible des prix en France en janvier

 |  | 545 mots
Les prix à la consommation ont sensiblement baissé en France en janvier. Ils ont ainsi reculé de 0,5% par rapport au mois de décembre, selon l'Insee, l'institut soulignant "qu'il faut remonter au milieu des années 60 pour constater une baisse d'une telle ampleur". Corrigées des variations saisonnières, le déclin est de 0,4%. En glissement annuel, les prix ont progressé de 1,6% le taux le plus bas enregistré depuis juillet 2002. De leur côté, les économistes de Ixis CIB anticipaient un repli de 0,1%.A l'origine de cette baisse, "la combinaison de l'effet baissier des soldes et des promotions sur les prix de l'habillement, des chaussures et des autres produits manufacturés, et d'autre part du net repli des prix de l'énergie", indique l'Insee dans un communiqué. Et encore la baisse des prix est limitée par les traditionnelles hausses de prix pratiquées en janvier sur certains services. Pour Ixis CIB, la plus grosse surprise provient de la baisse des prix de l'énergie, qui ressort à -1,8% par rapport à décembre. Or, en janvier les prix du Brent en euros ont enregistré une hausse de 14%, note l'économiste Laure Maillard, qui précise qu'il s'agirait ainsi d'une correction: en décembre, en dépit d'un déclin des prix du Brent en euros de 10%, l'indice de l'énegie était resté stable.L'indicateur d'inflation sous-jacente, qui exclut les produits les plus volatils comme le pétrole ou les produits frais, est stable par rapport à décembre. Il était en hausse de 0,1% en décembre et de 0,2% le mois précédent. Sur un an, l'indicateur montre une progression de 1,2% en janvier, après la hausse de 1,3% de décembre. Contrairement aux autres années, le tabac n'a pas fait l'objet de nouvelles hausses des prix. Du coup, l'ensemble hors tabac fait ressortir une inflation identique à l'indicateur global.Au vu de cette tendance, le mouvement de "désinflation pourrait intervenir plus tôt que prévu", note Laure Maillard. Après être resté longtemps au dessus des 2%, l'inflation pourrait maintenant rester sous cette barre tout au mong de l'année 2005. Du coup, si les hypothèses de change et de prix du Brent de la banque se confirment, la taux annuel de hausse des prix devrait s'établir autour des 1,5%, pour Ixis CIB. Quant à la consommation des ménages, elle semble être repartie en janvier, selon les chiffres provisoires publiés par l'Insee. Les dépenses en produits manufacturés ont augmenté de 1,5%, après un déclin de 0,4% un mois plus tôt. Jusque là, l'Insee pronostiquait une hausse de +0,2% pour décembre. Les dépenses liées au commerce ont augmenté de 2,3%, contre -0,2% un mois plus tôt, "preuve que les Français continuent de diminuer leur épargne financière pour financer leurs dépenses", note Nicolas Bouzou, chef économiste chez Xerfi. Enfin, les achats en automobiles ont subi de leur côté un déclin de 2,8% tandis que les les biens d'équipements ont fait un bond de 3,8%, conséquence directe du dynamisme du marché immobilier.En tout cas, cette reprise est encourageante: "le chiffre suggère que la première locomotive de la croissance de la France va rester assez dynamique au premier trimestre, contrairement à ce que nous attendions", explique Laure Maillard.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :