Les actionnaires de Symantec sceptiques vis-à-vis de l'offre sur Veritas

 |  | 298 mots
Doutes sur la fusion Symantec-Veritas annoncée en décembre dernier par les deux groupes informatiques. Les actionnaires de Symantec pourraient finalement voter contre l'opération de reprise de Veritas le 24 juin prochain, selon un groupe de conseil des investisseurs interrogé par Reuters. "A la fin, les réductions de coûts et les gains en matière de chiffre d'affaires ne seront pas là", explique Kevin Cameron, le président de Glass Lewis and Co, société de conseil aux entreprises cotées. Depuis décembre, moment de l'annonce de l'offre de rachat, le titre Symantec a perdu 35% de sa valeur, signe de la défiance des investisseurs vis-à-vis de l'opération. Selon les annonces faites fin 2004, le groupe informatique spécialisé dans les solutions de sécurité est censé fusionner avec son concurrent Veritas dans une transaction d'une valeur de 13,5 milliards de dollars. Au terme du processus, les actionnaires de Symantec détiendraient 60% du capital et ceux de Veritas 40%. Les deux sociétés comptent sur ce rapprochement pour accroître leur chiffre d'affaires en combinant leurs offres de produits et ainsi en aidant mieux les entreprises à se mettre en conformité avec la législation, qui leur demande d'archiver et de sécuriser toujours plus de données, de tous types, y compris les courriers électroniques par exemple...Mais les actionnaires de Symantec doutent des conséquences du rapprochement. Ils craignent notamment qu'il engendre un ralentissement de la croissance de la société. Les ventes de Symantec devrait ainsi croître de 35% en 2005, taux qui devrait tomber à 18% en 2006. L'opération devrait générer pour 100 millions de dollars d'économies. "L'histoire montre que souvent ce type de rapprochement, surtout dans le monde des technologies, ne donne pas les résultats escomptés", assure Glass Lewis.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :