Bénéfices record pour Apple grâce à l'iPod

 |  | 796 mots
Décidément, les marchés et les analystes n'arrivent toujours pas à bien analyser l'impact du succès planétaire de l'iPod, le lecteur de musique numérique d'Apple, sur les performances du groupe informatique. Les résultats annoncés hier soir par Apple pour le premier trimestre 2005 en témoignent une nouvelle fois: ils dépassent de loin les attentes des spécialistes. Ce qui n'empêche pas le marché de réagir négativement...Sur les trois premiers mois de l'année, qui correspondent au deuxième trimestre de l'exercice 2004/2005 du groupe, Apple a enregistré un bénéfice par action de 34 cents, alors que le consensus établi par Thomson Financial tablait sur... 24 cents. Un an plus tôt, le bénéfice par action s'élevait à 6 cents.Les bénéfices enregistrés par Apple sur le trimestre en question atteignent en fait un niveau historique pour le groupe: le bénéfice net s'élève à 290 millions de dollars, soit plus de six fois le chiffre - 46 millions - de la même période en 2004.Plus que jamais, c'est l'iPod qui tire les performances du groupe. Les ventes du baladeur numérique, qui est devenu l'objet branché par excellence, ne cessent de progresser. Alors que les analystes s'attendaient à un très léger tassement après les ventes record du dernier trimestre 2004, tirées par les cadeaux de Noël, il s'est en fait vendu encore plus d'iPod au premier trimestre 2005: 5,31 millions d'appareils, contre 4,58 millions au trimestre précédent. Sur un an, la progression est de 558%. Les ventes d'iPod ont été stimulées par la sortie en février de nouveaux modèles, en bas et haut de gamme: les iPods mini reposant sur une mémoire flash, à la capacité moindre que pour l'appareil traditionnel, mais au prix nettement plus faible; et les iPods Photo, permettant de stocker des milliers de photos en plus de la musique.Ce boom de l'iPod a donc permis au chiffre d'affaires d'Apple de bondir à 3,24 milliards de dollars, contre 1,9 milliards un an plus tôt, soit une progression de 70%.Les ventes d'ordinateurs ont elles aussi contribué à cette progression. Car l'autre très bonne nouvelle pour Apple, c'est que le succès de l'iPod semble effectivement bénéficier à ses ordinateurs, comme l'espérait depuis le début Steve Jobs, le patron de la firme. Durant le trimestre écoulé, Apple a vendu 1,07 million d'ordinateurs, légèrement plus qu'au trimestre précédent, mais surtout en hausse de 43% sur un an.Porté par de tels succès commerciaux, le groupe se veut optimiste pour les mois à venir. Pour le trimestre en cours, Apple prévoit un bénéfice par action de 28 cents, avec un chiffre d'affaires de 3,25 milliards de dollars, là où les analystes tablent en moyenne sur 24 cents et 3,24 milliards de dollars.La prochaine grande étape pour Apple est la sortie, le 29 avril, de la nouvelle version de son système d'exploitation Mac OS X Tiger, qui devrait offrir une nouvelle gamme de fonctions, dont un système de recherche sophistiqué permettant d'explorer la totalité des fichiers stockés sur l'ordinateur, quelle que soit leur nature.Malgré ce déluge de bonnes nouvelles, les marchés réagissent négativement. En fin de matinée jeudi à New York, le titre perd 5%, à 38,99 dollars. Il est vrai que l'action a gagné 166% sur les douze derniers mois, et 21% depuis le début de l'année.Un motif d'inquiétude pour les investisseurs tient à la baisse des prix des appareils vendus par Apple, et donc à une moindre rentabilité de ses produits. Le nouvel iPod mini est vendu nettement moins cher que le produit classique, et il en va de même de la dernière version du Mac, dépourvue d'écran et de clavier. Du coup, le prix moyen des iPods vendus par Apple a chuté en un an de 42%, tandis que celui des Macs perdait 9,9%, passant de 1.549 à 1.396 dollars. En outre, certains opérateurs relèvent que les prévisions formulées par Apple sont inférieures à celles des analystes les plus optimistes... Les investisseurs seraient ainsi déçus qu'Apple n'anticipe pas une progression de ses résultats encore plus forte qu'ils ne l'imaginaient eux-mêmes. "Chaque fois que les résultats sont bons, les attentes pour le trimestre suivant s'accroissent encore", analyse ainsi Eugene Munster, chez Piper Jaffray & Co, interrogé par Bloomberg, selon qui l'action devrait monter jusqu'à 50 dollars. "Les risques liés à Apple ont plus à voir avec les attentes des investisseurs qu'avec les données fondamentales", affirme pour sa part Charles Wolf, analyste chez Needham & Co, cité par Reuters, "les investisseurs ont intégré des projections exponentielles irréalistes dans leurs prévisions de ventes d'iPod. Or, une croissance exponentielle est clairement impossible".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :