France Télécom lance une contre-offre sur Telindus

 |  | 413 mots
Lecture 2 min.
Contre toute attente, France Télécom a lancé aujourd'hui une offre publique d'achat amicale sur Telindus. L'opérateur français propose aux actionnaires de l'intégrateur de réseaux en télécommunications belge un prix de 15,80 euros par titre, valorisant l'ensemble 570 millions d'euros. Le groupe français vise 100% du capital. France Télécom assure dans ce cadre que les actionnaires de référence, parmi lesquels la famille fondatrice, qui détient 19,82% des parts, et le conseil d'administration ont pris connaissance de l'offre et qu'ils apportent leur soutien au projet.Pour France Télécom, cette acquisition potentielle s'inscrit dans le développement de sa stratégie de solutions globales de services de télécommunications sur le marché des entreprises. Telindus est présent dans 14 pays en Europe de l'ouest, ainsi qu'en Chine et en Inde. Le rachat serait effectué en numéraire et financé par endettement.France Télécom est donc venu surenchérir sur l'offre publique d'achat hostile faite par Belgacom en septembre dernier sur Telindus. L'opérateur belge, qui voulait acquérir 75% du capital, avait proposé 13,50 euros par titre, soit une valorisation totale de 483 millions d'euros. Après 15 jours de réflexion, les actionnaires de référence et le conseil d'administration de Telindus avaient rejeté la proposition de Belgacom. "Nous prenons acte de la contre-offre de France Télécom et nous sommes en train d'évaluer les choses", a indiqué cet après-midi à l'AFP le porte-parole de Belgacom, Thierry Boukaert, pour qui "toutes les options sont encore ouvertes". Concrètement, la proposition de Belgacom a débuté le 5 décembre et court jusqu'au 20 décembre. Dans son communiqué, France Télécom indique qu'il offre une prime de 7,5% par rapport au précédent cours de clôture de Telindus, et de 17% sur la proposition de Belgacom. A Paris, le titre France Télécom recule de 0,70% en fin de séance. De fait, cette dernière opération devrait accroître encore un peu plus la défiance à l'égard du titre. France Télécom a repris cet été l'opérateur espagnol Amena pour 6,4 milliards d'euros, une opération saluée au niveau stratégique mais qui a accentué la pression sur l'action. Pour calmer les esprits, France Télécom avait promis par la suite que les opérations d'envergure étaient terminées. Mais le rachat de Telindus pourrait jetter un nouveau doute sur les intentions réelles du groupe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :