NRJ veut devenir opérateur mobile virtuel

 |  | 416 mots
Lecture 2 min.
Le métier d'opérateur mobile virtuel (MVNO), qui consiste à utiliser le réseau d'un autre opérateur pour vendre une offre de téléphonie, suscite de plus en plus d'engouement. Le marché pourrait ainsi accueillir un nouvel entrant: NRJ. Le groupe de radio a en effet admis que devenir MVNO était " susceptible de présenter un intérêt" et que, dans ce cadre, "des discussions sont actuellement menées", précise un communiqué. Pour l'instant, NRJ refuse d'en dire plus, prévenant qu'"en l'état actuel de ces discussions, toute communication plus détaillée serait prématurée".En songeant au métier d'opérateur, le groupe pense d'abord à exploiter la marque de sa radio phare, NRJ, connue de plus de 6,5 millions d'auditeurs et à tirer profit du potentiel qu'offre la téléphonie mobile pour la musique. Il rejoindrait sur ce créneau la maison de disque Universal qui a lancé en août dernier une offre de téléphonie mobile en partenariat avec BouyguesTel. Dans ce cas là, Universal ne s'est pas complètement positionné en tant que nouveau MVNO, dans la mesure où la maison de disque a plutôt apporté à BouyguesTel son positionnement marketing, l'opérateur se chargeant de la commercialisation de l'offre. Reste qu'au final il s'agit pour Universal Mobile de cibler un public jeune - les 10-25 ans -, cible bien connue de la maison de disque, comme le précisait au moment du lancement son patron Pascal Nègre. De fait, la téléphonie est devenue un nouveau débouché pour la musique, ne serait-ce qu'au vu du niveau très élevé de ventes des sonneries sur téléphones portables. Si NRJ décidait d'offrir sa propre offre, il viendrait rejoindre les rangs de ceux qui ont déjà franchi le pas. Le premier d'entre eux était l'an passé Debitel, qui a signé un accord avec SFR en juin 2004. Le distributeur The Phone House s'est allié à Orange, pour créer Breizh Mobile sur le marché breton, qui compte à ce jour 10.000 clients. Mais le métier de MVNO s'inscrit aussi dans l'optique d'une convergence des réseaux fixes et mobiles, même si pour l'instant rien n'est fait. Dernièrement, SFR discutait avec la maison soeur Cegetel. Tandis que ces derniers mois, Neuf prenait langue avec BouyguesTel et que Télé 2 ne cachait pas son intérêt de se lancer aussi.Lundi, l'action NRJ bondit de 5,63%, à 18,40 euros, en fin de séance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :