La déferlante Harry Potter pulvérise tous les records de l'édition

 |  | 643 mots
Lecture 3 min.
"Une fois de plus Harry Potter a fait l'Histoire", annonce un communiqué de l'éditeur américain Scholastic. Avec 6,9 millions d'exemplaires du sixième tome de la saga Harry Potter écoulés en 24 heures (contre 5 millions pour le premier jour de sortie du tome 5), Scholastic prévoyait déjà dimanche de lancer un deuxième tirage en urgence. Même succès du côté britannique, où les ventes sur les premières 24 heures ont atteint 2 millions d'ouvrages, selon l'annonce de l'éditeur britannique Bloomsbury. Les millions de fans d'Harry Potter étaient donc bien à ce rendez-vous annoncé comme un triomphe sans précédent. Il faut dire que la parution de ce sixième tome de la saga est intervenue alors que les inconditionnels du petit sorcier n'avaient pas eu de nouveau livre à se mettre sous la dent depuis l'été 2003... Dans les pays anglo-saxons, les librairies s'étaient mises au diapason d'un événement historique pour le secteur de l'édition: le lancement du livre est intervenu dès minuit et une minute dans la nuit de vendredi à samedi, et en Grande-Bretagne, plus de mille librairies sont restées ouvertes pour l'occasion.Tout indiquait que la sortie de l'avant dernier roman de la série constituerait un succès d'édition sans précédent, dépassant même les cinq premiers volets. Chez le groupe de grands distribution Asda, on estimait par exemple que ce volume "devrait se vendre au moins trois fois mieux que le Da Vinci Code", jusqu'ici best-seller de l'année.Le fait est que, avant même la sortie en librairie, les réservations avaient atteint des niveaux record. Le géant du commerce en ligne Amazon avait ainsi enregistré 1,4 million de commandes à travers le monde dont 870.000 aux Etats-Unis. Soit 100.000 réservations de plus que pour le tome 5... qui constituait déjà un record. Autant dire que l'éditeur historique de Harry Potter, le britannique Bloomsbury Publishing, avait de quoi se réjouir: "Ca va tout simplement être fantastique", résumait vendredi en toute simplicité la directrice de la collection pour enfants de l'éditeur.Le gâteau est tel, en fait, que les libraires se livrent à une véritable guerre des prix. Dans un pays comme la Grande-Bretagne, qui ignore le prix unique du livre, Amazon n'hésite pas à offrir un rabais de 47% sur le prix conseillé... Reste que, si cette concurrence entre librairies, grandes surfaces et sites Web les contraint à tirer sur leur marge, le prix du livre a doublé depuis le premier tome. En tout cas, le phénomène éditorial profite à l'action Bloomsbury, qui s'est envolée de plus de 20% depuis le début de l'année.Le triomphe du nouveau volume va donc encore renforcer un succès sans équivalent dans le domaine de l'édition. Depuis la sortie du premier tome en 1997, il s'est vendu plus de 300 millions d'exemplaires de la série à travers le monde (dont 16 millions en France). Traduites en latin, en grec ou encore en chinois, les aventures de l'apprenti sorcier sont diffusées en 61 langues dans plus de 200 pays et ont offert à son auteur, Joanne Kathleen Rowling, une cinquantaine de prix littéraires... ainsi qu'une colossale fortune qui fait d'elle la femme la plus riche de Grande-Bretagne, devant la reine d'Angleterre. Le succès d'Harry Potter dépasse en outre largement le monde de l'édition. Films et produits dérivés en tous genres font également un triomphe. En 2001, la sortie en salles du film tiré du premier tome, Harry Potter à l'école des sorciers, avait enregistré 93,5 millions de recettes sur le premier week-end, pour un coût de production de 123 millions de dollars. Un succès prolongé par les ventes de DVD et cassettes VHS. La mise en vente de ces derniers avait engrangé une recette de 19,1 millions de dollars durant les cinq premiers jours.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :